1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

La Tunisie dit adieu à Chokri Belaïd

Des milliers de personnes se sont rassemblées dans le centre de Tunis pour les funérailles de l'opposant assassiné mercredi. Le pays est paralysé par une grève générale à l'appel des syndicats.

Le cercueil de Chokri Belaïd, transporté par des soldats pour la procession

Le cercueil de Chokri Belaïd, transporté par des soldats pour la procession

Des dizaines de milliers de manifestants se sont regroupés devant la Maison de la culture de Tunis, où repose le corps du dirigeant de l'opposition de gauche laïque, tué de quatre balles mercredi devant son domicile dans la capitale. L'ancien avocat sera inhumé dans l'après-midi au cimetière du Djellaz.

Plusieurs centaines de policiers anti-émeute sont déployés face aux manifestants, dont certains crient des sloggans hostiles à Rached Ghannouchi, le chef d'Ennahda, le parti islamiste au pouvoir. La mort de l'avocat de 49 ans a enflammé la rue tunisienne. Depuis mercredi, des milliers de personnes manifestent dans la capitale ainsi que dans plusieurs autres villes du pays. La colère est dirigée principalement contre Ennahda, tenu pour responsable même s'il dément toute implication dans ce meurtre. Des manifestants ont incendié dans plusieurs villes les locaux du parti islamiste. L'assassinat de Chokri Belaïd, secrétaire général du Mouvement des patriotes démocrates et membre du Front populaire, une coalition regroupant une douzaine de formations, n'a pas été revendiqué.

Les banques, les usines et certains commerces sont restés fermés en réponse à l'appel à la grève des syndicats, dont la puissante Union générale tunisienne du travail (UGTT). La compagnie nationale Tunisair a suspendu tous ses vols pour la journée. Les bus, en revanche, fonctionnent normalement.

Dissolution rejetée

Pour tenter d'apaiser les tensions, le Premier ministre islamiste, Hamdi Jebali, a prononcé la dissolution du gouvernement et annoncé la constitution d'un cabinet de technocrates jusqu'à la tenue d'élections anticipées. Mais son propre parti a rejeté cette mesure, de même que les deux autres partis de la coalition et une partie de l'opposition. Tous demandent à être consultés avant toute décision. L'opposition a suspendu sa participation à l'Assemblée constituante.

Affrontements à Gafsa

Dans la ville minière de Gafsa, dans le sud de la Tunisie, la police a tiré des grenades lacrymogènes pour disperser des opposants qui manifestaient comme dans d'autres villes tunisiennes, à l'occasion des funérailles Chokri Belaïd. Les manifestants ont jeté des pierres et des engins incendiaires contre les forces de l'ordre.

Ecoutez le compte-rendu de notre correspondante Camille Lafrance, en direct depuis le cortège des funérailles à Tunis, à 12h TU (interrogée par Marie-Ange Pioerron).

Écouter l'audio 02:06

"Beaucoup d'émotion, beaucoup de sloggans pour la liberté"

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !