1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

La Syrie et les médias

La semaine dernière, les autorités syriennes ont démenti une information selon laquelle le convoi du président Bachar al-Assad avait été la cible de tirs d’obus de mortier. Comment savoir qui dit vrai en temps de guerre?

ARCHIV - ILLUSTRATION - Pakistanische Journalisten protestieren in Karachi gegen die Behinderung ihrer Arbeit (Archivfoto vom 16.03.2007). Die Arbeit von Journalisten weltweit wird immer lebensgefährlicher: Das Jahr 2012 könnte für Reporter das tödlichste Jahr seit 15 Jahren werden. Davor warnte das Internationale Presseinstitut (IPI) in Wien zum Welttag der Pressefreiheit am Donnerstag (03.05.2012). Bis zum 30. April registrierte das Institut bereits 43 getötete Journalisten weltweit. Syrien sei derzeit das gefährlichste Land. Foto: Nadeem Khawer (zu dpa 0982 vom 01.05.2012) +++(c) dpa - Bildfunk+++

La presse muselée par la guerre

L’information de l'attaque du convoi présidentiel avait été donnée par l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. Comment savoir qui dit vrai dans un pays dont les journalistes étrangers sont exclus et où les journalistes syriens critiques sont poursuivis, voire emprisonnés ou même tués ? "La Syrie et les médias", c’était le thème d’un débat organisé par l’institut de formation de notre radio, la Deutsche Welle Akademie.

Kristin Helberg, freie Journalistin / Jörg Armbruster, Journalist & langjähriger ARD-Auslandskorrespondent / Nasir Al-Jezairi: Regisseur, Journalist und Projekt-Manager Syrien der DW Akademie / Houssam Aldeen Freier, syrischer Journalist, Theaterregisseur und Producer *** Ort: Berlin Datum: 09/08/2013 Dieses Bild wurde von Rim Najmi aufgenommen. Alle Rechte gehörten der DW.

La conférence de la DW-Akademie qui s'est tenue à Berlin

Fausse libéralisation médiatique

En 2000, avec l’arrivée au pouvoir de Bachar al-Assad, les Syriens ont cru que le paysage médiatique allait se diversifier. Mais l’espoir a été de courte durée. Les quelques médias privés qui ont été autorisés servaient eux aussi le régime. Houssam Aldeen, ancien professeur et metteur en scène de théâtre devenu journaliste se souvient de cette époque :

« Être journaliste était très risqué. Pour garantir ma sécurité et celle de ma famille, je n’utilisais pas mon vrai nom, je falsifiais des documents. J’avais 5 villes officielles de résidence. À ce moment-là, si vous vous faisiez arrêter, il suffisait de payer et vous étiez libéré. »

Un métier à haut risque

La situation des reporters a empiré avec le conflit qui oppose les partisans du président et les rebelles depuis mars 2011 :

« Si vous êtes arrêté, ils ne vont pas se contenter de vous mettre en prison. Ils vont sans doute vous tuer. Il y a aussi le risque d’être pris dans un échange de tirs, ou d’être tué par un bombardement aérien. »

Radio Ana in Syrien

Radio Ana tente d'informer depuis la Syrie

Houssam Aldeen, correspondant pour la BBC, CNN ou encore France 2, a été arrêté 5 fois :

« Uniquement parce que je travaillais avec des étrangers, ça leur suffit comme excuse. La dernière fois, ils ont découvert que j’étais journaliste. J’ai alors décidé de quitter la Syrie et j’ai réussi. »

C’était à l’automne 2012. Depuis, Houssam Aldeen essaie de faire son travail de journaliste depuis l’Allemagne :

« J’ai un réseau extrêmement développé sur place, avec des contacts dans chaque ville, chaque village, et des gens de tous bords. Je communique avec eux régulièrement. Je ne prends pas tout ce qu’ils me disent pour argent comptant, mais je fais mes propres recherches pour vérifier leurs informations. »

Les Syriens s’informent grâce aux journalistes en exil, mais aussi aux activistes de plus en plus présents sur les réseaux sociaux. Malgré la surveillance accrue de la cyber-armée dont s’est équipé le régime du président Assad.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !