La signature à Moscou du traité ″2+4″ | Allemagne | DW | 13.09.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

La signature à Moscou du traité "2+4"

Il y a 20 ans : la signature du traité « 2+4 ». Les quatre puissances victorieuses de la Seconde Guerre mondiale et les deux Allemagnes signent à Moscou ce document qui rend possible la réunification allemande.

default

12 septembre 1990 : la signature à Moscou du traité 2+4

Le 12 septembre 1990, il y a presqu'un an que le Mur de Berlin est tombé. Mais il existe encore deux Allemagnes : la RFA, la République fédérale à l'ouest, et la RDA, la République démocratique allemande à l'Est. La RFA et la RDA s'avancent de plus en plus vers une réunification. Mais, problème, il faut que les quatre puissances victorieuses de la Seconde Guerre mondiale (les Etats-Unis, l'URSS, le Royaume-Uni et la France) acceptent le processus en marche. C'est chose faite avec le traité dit « 2+4 ». Et Lothar de Maizière, alors Premier ministre est-allemand, est visiblement soulagé :

20 Jahre Deutsche Einheit Bilderserie

Lothar de Maizière, premier et dernier Premier ministre démocratiquement élu de RDA

"Il a été décidé que les troupes allemandes allaient considérablement être réduites. Il s'agissait donc d'un grand pas vers la pacification de la Mitteleuropa. Le cœur de l'Europe était l'endroit du monde où se concentrait le plus grand nombre d'armes et de soldats."

Les forces armées fortement réduites

Les forces armées de l'Allemagne unie sont alors limitées à 370 000 hommes. Le traité confirme également que le pays renonce à l'arme nucléaire. Et que le retrait des troupes soviétiques de RDA et de Berlin-Est doit être achevé à la fin de l'année 1994. Beaucoup d'aspects militaires qui soulignent les craintes des anciennes puissances alliées contre l'Allemagne nazie, et notamment celles du Royaume-Uni. Hans-Dietrich Genscher, alors ministre ouest-allemand des Affaires étrangères, se rappelle les difficultés rencontrées juste avant la signature du traité :

Bildgalerie Hans-Dietrich Genscher, Eduard Schewardnadse / Zwei-plus-Vier-Konferenz in Bonn

Hans-Dietrich Genscher participe aux discussions préparatoires à Bonn

" Margaret Thatcher a eu des revendications de dernière minute. Il s'agissait de savoir si les troupes alliées pourraient – ou non – dans le futur faire des manœuvres sur le territoire de l'ex-RDA. Mais comme l'Union soviétique avait exprimé son accord pour que l'Allemagne réunifiée intègre l'OTAN, nous avons trouvé que cette revendication était aberrante."

Le problème des frontières enfin réglé

Un autre problème crucial est réglé. L'Allemagne s'engage à considérer ses frontières comme intangibles. Elles avaient été fixées de facto en 1945. Mais elles n'avaient jamais fait l'objet de traités de paix, pour cause de capitulation sans conditions de l'Allemagne nazie, et pour cause de guerre froide.

Auteurs : Carine Debrabandère / Matthias von Hellfeld
Edition : Marie-Ange Pioerron