1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

La Sarre, une région laboratoire

La presse titre pour l'essentiel sur les élections régionales qui se sont déroulées ce week-end en Sarre, une région du sud-ouest de l'Allemagne. Un scrutin qui fait office de baromètre pour les législatives de 2013.

default

Les deux visages de la future alliance : Heiko Maas (sociaux-démocrate) et Annegret Kramp-Karrenbauer (conservateurs)

C'est une toute petite région, une "coquille de noix", comme l'appelle la Süddeutsche Zeitung. Il n'empêche que les résultats des élections en Sarre donnent un avant-goût de ce qui pourrait se passer l'année prochaine au niveau national. Trois éléments sont à retenir : Premièrement, la victoire du parti conservateur - celui de la chancelière Angela Merkel, suivi des sociaux-démocrates. En principe, les deux partis devraient s'allier pour former une grande coalition, ce qui renforce l'hypothèse d'une alliance similaire au niveau fédéral à partir de 2013. Deuxièmement, le parti libéral - l'actuel allié d'Angela Merkel au sein du gouvernement - poursuit sa dégringolade. Enfin, le jeune parti des Pirates confirme sa popularité en faisant son entrée au Parlement régional.

Les Pirates larguent non pas les amarres mais le parti des Verts - les écolos, titre pour sa part die tageszeitung. Voilà une autre tendance que l'on pourrait retrouver dans un an. Le quotidien reste cependant prudent : le succès de ce parti qui prône notamment la démocratie directe sur internet pourrait n'être que provisoire. Affaire à suivre.

Kim Jong-Un Militärs

Kim Jong-Un a succédé à son père Kim Jong-Il fin 2011

Outre la Sarre, il est aussi question du programme nucléaire nord-coréen. Kim Jong-un qui dirige depuis peu la Corée du Nord a annoncé vouloir lancer une fusée de longue porté en avril, une provocation qui va à l'encontre des signaux de détente envoyés ces dernières semaines par le régime communiste. Pour la Frankfurter Allgmeine Zeitung, Kim Jong-un a probablement décidé de provoquer pour rassurer les militaires et autres durs à cuire du régime. Il a en effet beaucoup plus à perdre s'il entre en conflit avec ces derniers qu'avec l'étranger, estime le quotien. Et ce n'est pourtant pas faute de menaces, notamment des Etats-Unis - Barack Obama a ainsi remis en question l'aide alimentaire promise récemment par son administration. Mais concrètement, à quoi servent ces menaces ? La survie du régime n'est pas sérieusement en péril. Quant aux Nord-Coréens qui meurent de faim, Pyongyang ne s'y est jamais vraiment intéréssé.

Auteur : Konstanze von Kotze
Edition : Anne Le Touzé

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !