La révision de Schengen fait débat | Europe | DW | 19.07.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

La révision de Schengen fait débat

Les ministres de l'Intérieur et de la Justice de l’Union européenne sont réunis mardi à Sopot, près de Gdansk, en Pologne. Parmi les dossiers à l'agenda : la politique du droit d'asile et la réforme de l'espace Schengen.

default

Les premiers pays de l'espace Schengen (en rouge) et ceux qui ont adhéré fin 2007 (en jaune)

Cette réforme de l'espace Schengen, souhaitée par certains Etats membres, suscite un intense débat. Le Danemark a d'ores et déjà réintroduit des contrôles à ses frontières. Une décision que certains jugent contraire à l’esprit même de la législation européenne sur la libre-circulation des citoyens et des marchandises.

Le Danemark justifie la réintroduction de contrôles à ses frontières en arguant qu’il s’agit de mettre un frein à l’immigration illégale et au trafic de stupéfiants. Une mesure que nombre de partenaires européens désapprouvent, estimant que la décision du gouvernement à Copenhague est dictée par l'extrême droite populiste danoise. La Commissaire européenne en charge des Affaires intérieures, Cecilia Malmström a jugé peu convaincantes les justifications invoquées par le Danemark pour rétablir des contrôles douaniers avec la Suède et l'Allemagne :

« La mission que nous avons envoyée la semaine dernière au Danemark n’a pas reçu de réponses satisfaisantes ni de justifications suffisantes aux mesures prévues ! »

Cecilia Malmström

Cecilia Malmström

La Commissaire a évoqué de possibles sanctions contre le Danemark, s’il enfreignait le droit européen et la législation Schengen. La situation « montre combien Schengen est vulnérable », a cependant estimé Cecilia Malmström, qui plaide pour une définition de critères précis permettant de rétablir dans certaines situations exceptionnelles des contrôles aux frontières nationales des pays de l'espace Schengen.

Mais si l’on en croit le président de la commission Justice au Parlement européen, Juan Lopez Aguilar, il ne faut rien changer : « L’accord de Schengen ne doit pas être réformé, ne doit pas être démantelé ou affaibli. Au contraire, Schengen doit être renforcé ! »

Quant au ministre allemand de l’Intérieur, il a déclaré que si les contrôles n'existaient plus aux frontières intérieures, il faut alors renforcer les contrôles aux frontières extérieures de l'Europe. Hans Peter Friedrich :

Deutschland Innenminister Hans-Peter Friedrich stellt Verfassungsschutzbericht 2010 in Berlin vor

Hans-Peter Friedrich

« Schengen veut dire qu’il n’y a plus de contrôle en Europe. Cela ne peut fonctionner que si nous pouvons être sûrs que les frontières extérieures sont protégées. Et pour le faire de manière efficace, nous réfléchissons aux moyens d’améliorer encore le système. Mais les discussions seront ardues. »

Ardues et longues aussi. La prochaine étape est attendue en septembre, lorsque la Commission présentera ses propositions à propos des précisions ou amendements à apporter à l’accord sur l’espace Schengen.

Un espace sans frontières intérieures formé par 22 des 27 membres de l'UE avec la Norvège, la Suisse, l'Islande et le Liechtenstein. Un espace qui permet normalement à 400 millions d'Européens de circuler d'un pays à l'autre sans montrer leurs passeports.

Auteur : Philippe Pognan
Edition : Jean-Michel Bos