1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

La résolution sur l'Irak du conseil de sécurité de l'ONU

Le vote à l'unanimité de la résolution américaine au conseil de sécurité de l'ONU est accueilli de façon très positive tant par le secrétaire général de l'ONU que dans les capitales. Dans les journaux allemands, c'est plutôt l'amertume d'avoir vu céder les adversaires de la guerre en Irak..

Le conseil de sécurité de l'ONU, c'est quand 15 états s'efforcent de trouver une position commune, pour qu'en fin de compte, les Américains puissent faire ce qu'ils veulent. C'est la Neue Presse de Hanovre qui donne cette définition désabusée... La résolution sur l'Irak le montre une fois de plus : Les Etats-unis ont réussi à faire passer une résolution qui n'arrangera rien, ils poursuivent une politique qui est loin d'apporter la paix en Irak. L'alliance contre la guerre de Paris, Moscou et Berlin n'était pas d'accord, mais elle a quand même dit oui. Peut-être parce qu'il vaut mieux céder pour avoir par la suite voix au chapitre. Il n'empêche, ce sont de drôles de contorsions... La politique américaine est cynique... et efficace, constate le Handelsblatt, qui rappelle la stratégie de Washington : acheter Moscou, ignorer Berlin et punir Paris.... Ça marche ! Une fois que Moscou s'est rallié, il ne restait plus que la France, l'Allemagne et... la Syrie pour s'opposer à la résolution. Gerhard Schröder et Jacques Chirac ont préféré changer de cap, pour éviter l'isolement. Ils ont bien fait, mais ils n'ont pas réussi à sauver la face. C'est vrai, comme le souligne le General Anzeiger de Bonn, nulle part dans la résolution, on ne trouve de trace de ce que réclamaient les Européens, à savoir que l'Irak doit retrouver rapidement sa souveraineté. Il n'est pas question pour autant de victoire pour le président américain, estime l'Offenburger Tageblatt, au contraire. George Bush a peut-être réussi une arnaque diplomatique, mais ce qu'il voulait, il ne l'a pas obtenu : La France, la Russie et l'Allemagne ont immédiatement signifié qu'il n'était pas question d'apporter un soutien militaire ou financier pour la reconstruction de l'Irak. Or, c'est surtout d'argent que les Etats-Unis ont besoin. Une attitude que n'approuve pas la Rheinische Post : Pour revenir à la normalité, à la stabilité et à l'autonomie, l'Irak a besoin d'un coup de pouce financier. Les Allemands sont bien placés pour le savoir, (eux qui ont pu redémarrer gràce au Plan Marschall après la guerre). Pour le Financial Times Deutschland, les Européens ont tout intérêt à ce que l'Irak se stabilise le plus vite possible. Si le pays sombre dans le chaos, ils en subiront les conséquences. Ils ont tout intérêt aussi à ramener les Etats-Unis dans le giron de l'ONU. En ce sens, les concessions faites par Paris, Berlin et Moscou allaient dans la bonne direction.


  • Date 17.10.2003
  • Auteur Marie Kindler
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/CAxx
  • Date 17.10.2003
  • Auteur Marie Kindler
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/CAxx
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !