1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

La rébellion syrienne fait-elle usage d'armes chimiques ?

Les rebelles syriens ont utilisé des armes chimiques. C'est ce qu'affirme Carla Del Ponte, ancienne procureur à la Cour pénale internationale, qui se base sur une enquête de l'ONU.

Ce sont les témoignages réunis par les enquêteurs des Nations unies lors de leurs investigations qui permettent à la magistrate suisse, également membre de la Commission d'enquête de l'ONU sur les violations des droits de l'Homme en Syrie, de faire une telle affirmation.

Pas encore de preuves formelles

Selon elle, tout porte en effet à croire que ce sont plutôt les rebelles syriens qui ont fait usage d'armes chimiques. Jusqu'à présent, les soupçons pesaient sur le pouvoir en place à Damas, mais, même si l'on sait que du gaz sarin a pu être utilisé, la preuve incontestable manque toujours. Ce qui n'empêche pas Carla Del Ponte d'être formelle sur l'implication de la rébellion dans l'usage de ce gaz interdit, car hautement toxique.

Selon Jean-Vincent Brisset, directeur de recherche à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) cette situation peut s'expliquer :

« S'il y a eu une intrusion dans une enceinte où il y avait des armes chimiques stockées, elles ont pu être volées. Le fait de les utiliser ou plutôt le fait de faire croire que les armes chimiques sont utilisées par Bachar al-Assad, cela n'avantage que la rébellion. Le monde entier aurait admis une intervention directe contre Bachar al-Assad s'il y avait la preuve qu'il utilisait des armes chimiques et il n'avait aucun intérêt à le faire à la fois sur le plan technique et sur le plan politique. »

Rebellen Syrien April 2013

Des combattants de la rebellion syrienne dans une localité du Nord

Le sarin un gaz hautement toxique

Carla Del Ponte n'a toutefois pas pu donner de détails sur les circonstances dans lesquelles le gaz sarin aurait été employé. Selon Jean-Vincent Brisset, il sera difficile de prouver qui a eu recours à ce type d'armement :

« Le sarin est une arme chimique qui se disperse beaucoup, c'est-à-dire qu'il y a très peu d'échantillons qui en plus, au bout de quelques jours, disparaissent. [...] Tant que le vérificateur n'est pas directement sur le terrain, on aura du mal à prouver qui a fait quoi exactement. »

Outre le sarin, les autorités Damas disposeraient également d'autres armes chimiques. Le régime de Bachar al-Assad et les rebelles se sont mutuellement accusés de s'en être servis à trois reprises, y compris contre la population civile.

Archives

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !