1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

La presse sous pression

Menaces, répressions, arrestations. Dans son rapport annuel sur la liberté de la presse dans le monde, Reporters Sans Frontières estime que la liberté de la presse n´a jamais été aussi menacée.

L'indice mis au point par Reporter Sans Frontières pour qualifier la liberté de la presse n'a jamais été aussi élevé, c'est à dire que les atteintes faites à la liberté de la presse sont plus nombreuses que les années précédentes. Ainsi, la situation de 62,2% des pays répertoriés se serait détériorée en 2017 selon le nouveau rapport du réseau Reporters Sans Frontières (RSF).

L'Egypte, le Burundi et le Bahrein rejoignent cette année la "zone noire" de RSF, regroupant les pays où la situation de la liberté de la presse est qualifiée de "très grave".  Au Burundi, la répression à l'encontre de la presse s'intensifie : des dizaines de journalistes ont été contraints à l'exil et la main se resserre autour des médias indépendants, selon ce même rapport. L'Egypte et le Bahrein sont tristement célèbres pour emprisonner les voies dissidentes : actuellement, 24 journalistes sont incarcérés dans le premier et 14 dans le second.

La situation reste particulièrement critique au Moyen-Orient et en Afrique du Nord : les guerres et affrontements succesifs en font la zone "où il est le plus difficile et dangereux pour un journaliste d’exercer sa profession", selon le rapport. La Syrie a été désigné comme le pays le plus meurtrier du monde pour les reporters.

Dans cette zone également, les exactions contre la liberté de la presse commises au nom de la religion et de la préservation de l'ordre établi sont très nombreuses.  Ainsi, l'Iran détiendrait actuellement 29 journalistes en détention.

Les démocraties ne font pas exception

RSF s'inquiète également de la situation dans les pays démocratiques. L'Europe serait le continent qui connaît la plus forte détérioration de la liberté de la presse : son indice s´est dégradé de 17,5% en cinq ans. Le rapport affirme en effet qu'en un an seulement, le nombre de pays où la situation pour les médias est considérée comme "bonne" ou "plutôt bonne" a diminué de 2,3%. En France, en Italie et  en Angletterre, les journalistes deviennent la cible de nombreuses attaques verbales, tandis qu'en Pologne et en Finlande, le contrôle des politiques se resserre autour des médias.

De l'autre côté de l'Atlantique, c´est le président Donald Trump qui s´applique à discréditer les médias. Après un conférence de presse tenue le 17 février , il avait déclaré à ses sympathisants : "Vous, le peuple américain, êtes notre dernier moyen de défense contre cette entreprise de démolition à laquelle se livrent les médias."

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !