La presse divisée sur l′affaire Sarrazin | Vu d′Allemagne | DW | 14.10.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

La presse divisée sur l'affaire Sarrazin

La presse continue de s'intéresser à l'affaire Sarrazin et commente la rencontre entre la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton et son homologue russe Sergueï Lavrov.

default

Thilo Sarrazin a perdu la gestion du domaine de circulation de la monnaie à la Bundesbank

Hillary Clinton in Russland

Hillary Clinton et Sergueï Lavrov à Moscou

Deux ministres qui n'ont rien à dire se sont entretenus, estime la Frankfurter Allgemeine Zeitung.. Hillary Clinton joue dans un gouvernement dont la politique étrangère est définie par le président. Quant au ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, il est le serviteur à plein temps de deux hommes, Dmitri Medvedev et Vladimir Poutine, dont il doit faire concilier des déclarations parfois discordantes. Résultat : que des amabilités.

Tout s'est déroulé dans la plus parfaite harmonie, remarque également la Süddeutsche Zeitung. Qui dit amitié, dit cadeaux. Mais là, la contribution de la Russie reste limitée. Ce sont surtout les Etats-Unis qui s'efforcent de plaire. Leur abandon du projet de bouclier anti-missile avait d'abord effrayé les stratèges militaires russes. Ils craignaient dès lors que le monde exige d'eux une contrepartie de taille, comme une position plus ferme envers l'Iran. Finalement, ils sont soulagés : Clinton elle-même considère que des sanctions seraient prématurées. Un point de gagné pour Moscou.

Deutschland Migranten und Konsum

T. Sarrazin a affrimé qu'un grand nombre d'Arabes et de Turcs à Berlin n'avaient "aucune fonction productive, à l'exception de la vente de fruits et légumes"

Les quotidiens continuent également de s'intéresser à l'affaire Thilo Sarrazin, l'administrateur de la Bundesbank accusé d'avoir tenu des propos racistes sur les immigrés. Hier le directoire de la banque centrale allemande a décidé de le sanctionner en lui retirant plusieurs responsabilités.

Die Welt donne raison à Sarrazin en plusieurs points. Il avait raison, car on ne peut pas se permettre de laisser croître les milieux défavorisés, qu'ils soient d'origines immigrés ou pas. Il avait raison en cela aussi qu'il ne s'agit pas seulement d'un problème sociologique, mais également d'attitudes, de négligence, de brutalité, de bouteilles de bière dans le métro d'enfants sans petit-déjeuner, de mépris de l'Etat et de paresse.

Die Welt, mais aussi le Spiegel, la Bild ou la FAZ : tous ces journaux sont attaqués pour leur soutien à Thilo Sarrazin dans la tageszeitung. Selon le quotidien berlinois, Thilo Sarrazin a dit tout haut ce que l'on pense tout bas dans certaines rédactions. Et bien sûr la décision de la Bundesbank risque de faire de ce trouble-fête notoire un martyre de la liberté d'expression aux yeux de ces médias irresponsables.

Anne-Julie Martin / Audrey Parmentier

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !