La popularité des musées allemands | Europe | DW | 07.01.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

La popularité des musées allemands

Les musées allemands connaissent des chiffres de fréquentation record. En 2007, plus de 113 millions d’entrée ont été vendues, soit 3,8 millions de visiteurs de plus qu’en 2006.

default

L'exposition "Rome et le barbares" au Centre d'Art de Bonn a déjà attiré quelques 900 000

Les Allemands vont presque autant au musée qu’au cinéma. Dans cette frénésie culturelle, ce sont surtout les expositions historiques qui font sensation : les trésors égyptiens, grecs ou romains séduisent le grand public qui les juge plus abordables.

Reportage de Marco Wolter

Egalement dans cette édition : Le sort des réfugiés tchétchènes

Même si la Russie aime à présenter la situation en Tchétchénie comme "normalisée", ils sont encore des milliers à fuir cette petite république du Caucase nord. Rencontre avec une famille tchétchène qui, pour échapper à la guerre, est venue chercher protection dans la "patrie des droits de l'Homme". La France lui a refusé l’asile : elle vit depuis 4 ans dans la clandestinité.

Un reportage de Catherine Potet

Chechen father Alkhazur Ibragimov, second right, sits with his sons Salman, left, and Imran, right, as his wife Zarema, far left, looks on in their home in the Chechen capital Grozny, Tuesday, April 10, 2007. Ramzan Kadyrov, who was sworn in as Chechnya's new president earlier this month, vowed to bring prosperity to the region wracked by two wars, growing Islamic extremism and grinding poverty since the Soviet collapse. (AP Photo/Musa Sadulayev)

Une actualité en chassant une autre, le sort des réfugiés tchétchènes ne trouve plus d'écho.

En Pologne, les familles tchétchènes sont nombreuses : elles constitue l’essentiel des demandeurs d’asile qui arrivent dans le pays. Avec souvent un seul but, partir plus loin vers l’Ouest, vers l’Allemagne ou la France notamment, pour retrouver d’autres membres de leur famille. Mais la législation européenne ne le leur permet pas.

A Varsovie, Amélie Poinssot