1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

La politique familiale de la grande coalition

En Allemagne, les sujets de discorde ne manquent pas au sein de la grande coalition. Au sujet de la politique familiale, toutefois, la presse allemande de ce matin semble déceler des motivations plus fondamentales que politiciennes dans les affrontements observés ce week-end.

Ce tableau idyllique cache toutefois une situation beaucoup moins rose. Car si la mise en place d'une politique de la famille efficace a un coût, la grande coalition n'est pas d'accord sur la manière de le financer.

Ce tableau idyllique cache toutefois une situation beaucoup moins rose. Car si la mise en place d'une politique de la famille efficace a un coût, la grande coalition n'est pas d'accord sur la manière de le financer.

Aujourd’hui, le sommet de la coalition devra sans aucun doute parler d’autre chose que du simple financement des 500 000 nouvelles places de crèche promises par Ursula von der Leyen, la Ministre de la Famille, membre de la CDU, relève la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Les leaders chrétiens- et sociaux-démocrates doivent discuter de l’attitude fondamentale de la grande coalition vis-à-vis des citoyens et des familles. Et la chancelière a eu raison de dire qu’il suffit de vouloir pour pouvoir… trouver un financement adéquat. Pourtant, lance la Frankfurter Rundschau, si le SPD a lancé la question du financement, c’est bien parce que la promesse des places de crèche de la CDU confère à cette formation politique l’aura d’un parti de la famille. Ici, coalition ou pas, le SPD est tout d’abord préoccupé de redorer son blason de parti populaire. Faire politique commune ? Que nenni ! L’opinion des papas et des mamans allemands ne joue qu’un rôle mineur dans cette mise en scène politicienne. C’est bien là de la mauvaise politique. Pendant les sept ans de leur gouvernement, critique la Süddeutsche Zeitung, le SPD avec Schröder et Müntefering à sa tête s’est bien gardé de promouvoir la multiplication des places de crèches, bien que Renate Schmidt, Ministre de la Famille SPD de l’époque, ait largement propagé cette idée. Est-ce la mauvaise conscience qui anime maintenant Franz Müntefering ? Plutôt un pur calcul politicien. Les familles allemandes attendent et veulent une meilleure politique de la famille. Et rien ne les heurte plus que les déclarations tactiques voulant démontrer que c’est l’autre partenaire de la coalition qui est responsable de l’échec d’une politique ambitieuse. Pour la Tageszeitung, la modernisation de la politique familiale de la CDU/CSU va entraîner l’hégémonie culturelle de l’union chrétienne-démocrate. Surtout, tant que l’ennui organisé règnera à la gauche du centre politique. Aujourd’hui, lorsqu’on parle de politique familiale controversée, on songe tout de suite à Ursula von der Leyen, super-maman et Ministre de la Famille de la CDU. Autrefois chasse gardée du SPD, les sujets politiques soi-disant softs qu’étaient la Famille et l’Ecologie ont été dégradés au rang de « futilités » par Gerhard Schröder. Et le SPD ne s’est pas remis de ce mépris, jusqu’à aujourd’hui, conclut le quotidien.

  • Date 05.03.2007
  • Auteur Christophe LASCOMBES
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C2hO
  • Date 05.03.2007
  • Auteur Christophe LASCOMBES
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C2hO
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !