1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

La plus grande colocation d'Allemagne

Pour grand nombre de jeunes qui quittent le cocon familial, la meilleure solution se trouve souvent être la colocation.

La colocation à 53, remède radical contre la solitude...

La colocation à 53, remède radical contre la solitude...

Un reportage de Leila Knüppel et Jean-Michel Bos, Bonn.

Pour grand nombre de jeunes qui quittent le cocon familial, la meilleure solution se trouve souvent être la colocation. Dans l'Elizabethstraße à Düsseldorf, on est bien loin du petit appartement que trois ou quatre jeunes se partagent. Ici, ce ne sont pas moins de cinquante-trois personnes qui vivent ensemble dans les locaux d'anciens bureaux de banque. Leila Knüppel a rendu visite à ces habitants.

Cuisine commune

La soirée approche et c'est progressivement que la cuisine se remplit. Pendant que l´un se fait cuire une escalope, un autre gratte énergiquement le plateau du four incrusté de restes de sa pizza surgelée. Le tout sur fond sonore de micro-ondes.

Friederike Dietz est un peu stressée : « Il se passe toujours quelque chose. Parfois c´est un peu fatigant. Il n´y a rien qui échappe aux autres, on est obligé de tout partager, absolument tout. Je ne suis pas sûre de pouvoir supporter ça encore très longtemps. »

Friederike a vingt-quatre ans. Et ce qui s'avère être de temps à autre insoutenable pour elle, fait en revanche le bonheur de Thomas Glöckner : « Il y a toujours de l´animation ici. On fait la fête pratiquement tous les jours. Ce qui est impensable en petite colocation. »

La solution contre la solitude

C´est parce qu'il ne souhaitait pas rester seul que Thomas s'est installé dans cette colocation il y a quelques années alors qu´il venait d´obtenir une place de designer graphique à Düsseldorf.

Il ne le regrette pas : « Même lorsque l´on rentre très tard après une longue journée de travail, il y a toujours quelqu´un avec qui parler. Je trouve ça bien plus agréable que de devoir allumer la télé pour finir la soirée à se morfondre sur son lit. »

La moyenne des résidents est âgée de vingt-trois ans. La plupart sont comme Friederike, il s´agit en général de personnes engagées par une entreprise pour une période prédéterminée ou encore d´étudiants qui débutent leur carrière et qui souhaitent ou sont dans l´obligation d´être le plus flexible possible. Ils se déplacent de ville en ville où ils accumulent les jobs, ils ont donc très peu l'occasion de nouer des liens sociaux et ils redoutent la solitude.

Un mode de vie qui ne met pas à l'abri bien sûr des interminables discussions concernant les tâches ménagères, la cuisine et le rangement. C'est aussi le cas dans cette immense colocation de Düsseldorf.

Manfred Konietzko en est le fondateur et le propriétaire : « En admettant que tu doives vivre ici pour une période plus ou moins longue, il y aura forcément un moment où le simple fait d´entrer dans une salle de bain innondée te deviendra insupportable. Il y a certaines situations où tu ne pourras jamais avoir la paix. N´espère pas trouver le sommeil un vendredi soir par exemple, les vas-et-vient dans le couloir t´en empêcheront. Et si tu comptes inviter une amie à prendre le petit déjeuner dans la cuisine un samedi matin, prépare-toi à voir des cadavres de bouteilles jonchant le sol et un désordre inimaginable. Ce n'est pas très agréable mais ce sont des choses auxquelles il faut s'habituer dans ce type de logement. »

Lier l'utile à l'agréable

Des agents d´entretien passent régulièrement dans la colocation afin d'amoindrir ce problème, leurs services étant compris dans le prix du loyer. Outre les aides au ménage et au repassage, on y trouve d'autres avantages comme un sauna dans le couloir, des meubles design ainsi qu'un éclairage mural garants d´une meilleure atmosphère.

------

A écouter aussi dans cette émission :

  • Regards croisés : Halte au machisme ! A Paris, la municipalité subventionne des cours contre le machisme dans les collèges. En Autriche, changement d’ambiance dans le métro. On doit maintenant laisser sa place aux «hommes accompagnés d'enfants ».
    • Portrait : Le divorce d' Elena, l’infante d'Espagne, défraie la chronique.
      • Carnet de voyage : en Laponie, avec Annette Arrault et Pascal Descantes.