1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

La pilule ne passe pas au Vatican

Les éditorialistes allemands reviennent sur les propos du pape François aux Philippines. Le souverain pontife a réaffimé son opposition à la contraception tout en appelant les fidèles à se montrer "responsables".

Le sujet pourrait paraître un peu « olé, olé », mais il est en fait est très sérieux..
« Désolé, chéri, mais le pape nous l’interdit » C’est un homme qui enlace un lapin au clair de lune qui fait la Une de la tageszeitung. Le journal titre au-dessus de cette caricature sur « les nouvelles règles du sexe pour les catholiques ». La taz s’amuse des mots du souverain pontife qui a déclaré qu’il ne fallait pas que les croyants « se reproduisent comme des lapins », une expression qui a dû en faire rougir plus d’un dans les sacristies. Mais le pape prouve, poursuit la taz, que, pour ce qui est du contrôle des naissances, il ne pense pas que c’est à l’Eglise de changer, puisqu’il continue de rejeter la contraception, mais bien aux fidèles, qu’il exhorte à devenir « responsables ». Et le nouveau message, le journal le résume en paraphrasant ainsi la Genèse : « reproduisez-vous, devenez nombreux… mais en gardant le sens de la mesure »

« Trois enfants, c’est l’idéal », en conclut pour sa part la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Le journal y voit une tentative du pape à ménager à la fois les cardinaux les plus conservateurs et ceux qui sont favorables à une évolution dogmatique, pour mieux répondre aux exigences contemporaines. Une façon, relève encore le journal, non pas de décider à la place des fidèles, mais de les accompagner dans leur cheminement.

Reprise officielle du dialogue entre Cuba et les Etats-Unis

Ce dialogue était interrompu depuis 1961 et la Süddeutsche Zeitung estime qu'il "était grand temps" de mettre fin à ce résidu de guerre froide. Le quotidien y voit une part de calcul politique de Barack Obama qui compte laisser une trace dans l’Histoire.

Mais le journal souligne qu’il y a aussi des raisons pragmatiques à ce rapprochement entre anciens frères ennemis, comme ne pas laisser le champ libre à la Chine ou à la Russie. Qui aurait cru, conclut le journal, que le dollar sauverait un jour les derniers restes du socialisme ?

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !