« La Norvège est restée ouverte et multiculturelle » | International | DW | 22.07.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

« La Norvège est restée ouverte et multiculturelle »

Un an après l'attentat d'Olso et le massace d'Utoeya, les Norvégiens ont rendu hommage aux 77 victimes. Selon le Premier ministre Jens Stoltenberg, le tueur n'a pas réussi à faire changer la Norvège.

Commémoration à Oslo

Commémoration à Oslo

« Le 22 juillet restera toujours lié à ceux qui ont perdu leur vie, » a déclaré le Premier ministre Jens Stoltenberg en déposant une gerbe sur le lieu de l'attentat à d'Oslo. Le 22 juillet 2011, un homme de 32 ans, Anders Behring Breivik, avait d'abord fait exploser une bombe près du siège du gouvernement dans la capitale, puis s'était rendu sur l'île d'Utoeya, où il avait tué 69 adolescents dans un camp d'été de la Jeunesse travailliste.

Proches et survivants viennent rendre hommage aux victimes à Utoeya

Proches et survivants viennent rendre hommage aux victimes à Utoeya

« Le tueur a échoué, le peuple a gagné. »

Un an plus tard, la Norvège reste profondément marquée par ces attaques, qui ont fait en tout 77 morts. Pour le Premier ministre, le pays a toutefois su se relever de cette tragédie en tirer des leçons :

« Ce qui a été attaqué le 22 juillet dernier, c'est notre société ouverte et démocratique. C'est pourquoi la meilleure réponse à ces attaques terroristes était encore plus d'ouverture et de démocratie. Et je pense que nous avons réussi : il y a plus de gens qui participent aux débats politiques. Des milliers de personnes ont adhéré à des partis politiques, des organisations de jeunesse ou de bénévolat. »

Des cérémonies de commémoration ont eu lieu partout à travers le pays dimanche. Sur l'île d'Utoeya, des survivants de la fusillade et des proches des victimes se sont recueillis dans l'intimité.

Breivik en attente de son verdict

Anders Behring Breivik n'a fait preuve d'aucun remord pendant son procès

Anders Behring Breivik n'a fait preuve d'aucun remord pendant son procès

Anders Behring Breivik a reconnu les faits devant la justice, mais il a plaidé non coupable. Il a expliqué son geste en affirmant qu'il avait voulu lutter contre « l'invasion musulmane » en Norvège. Il a pris pour cible les travaillistes à cause de leur politique d'immigration. Le procès de l'extrémiste de droite a duré dix semaines et le verdict est attendu le 24 août. Un jugement doit être rendu sur sa santé mentale, pour déterminer s'il peut être considéré comme responsable de ses crimes. De cette décision dépend la peine encourue : soit un internement en hôpital psychiatrique, soit une peine de prison d'au moins 21 ans.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !