La nationalisation partielle de la Commerzbank fait des remous | Allemagne | DW | 09.01.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

La nationalisation partielle de la Commerzbank fait des remous

La crise financière internationale continue de bouleverser le monde de la finance. La Commerzbank, seconde banque privée d'Allemagne a été en partie nationalisée.

default

Centrale de la Commerzbank à Francfort sur le Main

Le fonds public d'aide au secteur bancaire créé en octobre dernier va mettre près de 10 milliards d'euros supplémentaires à la disposition de la Commerzbank, afin d'assurer, entre autres, le rachat de la Dresdner Bank. En contrepartie, l’Etat fédéral a annoncé participer pour 25% plus une action au capital de la banque. L'Etat détient ainsidésormais une minorité de blocage dans les grandes décisions et dans l'assemblée générale des actionnaires.

Selon les experts, la Commerzbank a surestimé ses forces en voulant avaler la Dresdner Bank. Certains considèrent la nationalisation partielle de la Commerzbank, comme un mal nécessaire pour sa survie après le succès de son très coûteux rachat de Dresdner Bank.

Le PDG de la Commerzbank Martin Blessing:

"Au cours du 4ème trimestre les marchés financiers ont été soumis à de très fortes turbulences. Mais nous voulons en tant que Commerzbank- même après le rachat de la Dresdner- développer une banque très forte pour l’Allemagne. Et c’est dans l’intérêt de la stabilité que nous avons décidé de faire ce pas ..."

L’action de la Commerzbank a perdu plus de 13% à la Bourse de Francfort jeudi et a encore perdu plus de 7% aujourd’hui le marché reste encore sous le choc ce vendredi après la nationalisation. Cependant, le ministre allemand de l'Economie, Michael Glos juge l'entrée de l'Etat indispensable pour permettre à la

Commerzbank de poursuivre ses activités de crédit, en particulier à destination des petites et moyennes entreprises, et de réussir sa fusion avec Dresdner Bank:

"Ainsi nous disposons clairement d'une grande banque performante qui est encore plus apte à attribuer des crédits à l'économie productive. Et du fait que l'Etat soit actionnaire, elle a la possibilité de se refinancer sur les marchés de façon avantageuse, ce qui sans cela n'aurait pas été le cas."

La Commerzbank a l'intention de boucler le rachat de Dresdner d'ici fin janvier pour un coût total de plus de 5 milliards d'euros. Cependant, de source d’experts, la Dresdner Bank détient encore des actifs dépréciés qui sommeillent encore dans ses

comptes et qui risquent fort de d’augmenter sensiblement la facture de son rachat.

L'achat de 295 millions de nouvelles actions ordinaires à 6 euros l'unité permet à l'Etat de détenir 25% plus une action dans le capital de la banque et d'être en mesure de former à lui seul une minorité de blocage. Le ministère des Finances prévoit d'envoyer deux représentants de l'Etat au Conseil de surveillance de la Commerzbank", afin d’être informé de la „manière dont est utilisé l'argent des contribuables. Cependant l'Etat n'entend pas intervenir dans les décisions opérationnelles de la banque, a assuré un porte parole du ministère à Berlin...