La mort de Wangari Maathai, l′icône de la protection de l′environnement | Afrique | DW | 26.09.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

La mort de Wangari Maathai, l'icône de la protection de l'environnement

La Kényane Wangari Maathai, prix Nobel de la paix en 2004, est décédée dimanche à l'âge de 71 ans des suites d'un cancer. "The Tree woman" avait fondé en 1977 le « Mouvement de la ceinture verte ».

Elle avait fondé en 1977 le « Mouvement de la ceinture verte »

Elle était surnommée affectueusement « The Tree Woman », la femme des arbres. Wangari Maathai a été la première femme africaine à recevoir le prix Nobel de la paix. C'était en 2004 pour « sa contribution au développement durable, à la démocratie et à la paix ».

Reboiser le continent africain

Son ONG « Green belt mouvement », le « Mouvement de la ceinture verte », est à l'origine de la plantation de plus de 40 millions d'arbres sur le continent africain. Wangari Maathai :

Wangari Maathai

Wangari Maathai a créé le mouvement de la ceinture verte en 1977

« Il faut absolument que nous protégions nos forêts tropicales. Il faut que nous respections nos rivières, nos lacs, nos terres. Il faut faire un barrage à l'érosion des sols. »

L'engagement de cette défenseuse de l'environnement ne se limitait pas à cette cause. Elle était également une militante farouche des droits de l'Homme – et de la femme. Car le « Mouvement de la ceinture verte » vise également à créer des emplois pour les femmes et à leur donner davantage de place au sein de la société. Edward Wageni, directeur exécutif de l'ONG créée par Wangari Maathai :

« Ma première réaction à l'annonce de son décès a été que nous avons perdu une personne qui a fait énormément pour notre pays. Elle nous a montré qu'il fallait avoir le courage de ses opinions. Elle ne s'est pas engagée dans le but de recevoir des récompenses, mais elle a toujours lutté pour le bien de notre pays, et de l'humanité. »

La survie du Bassin du Congo

Wangari Maathai s'était notamment beaucoup engagée pour la protection des forêts primaires du Bassin du Congo, le deuxième plus grand poumon de la planète après l'Amazonie. Pour Gervais Itsoua-Madzous, du WWF, le Fond mondial pour la nature, à Brazzaville, « The Tree Woman », la femme des arbres, est un exemple qui rayonne sur l'ensemble du continent - et le Prix Nobel de 2004 un véritable encouragement pour la protection de l'environnement :

« Le prix Nobel de la paix, c'était le couronnement de tous ses efforts. Pour nous qui travaillons dans l'ombre, nous nous disons que peut-être quelqu'un remarquera aussi notre travail et que nous serons, qui sait, aussi récompensés. C'est en tous cas un encouragement pour notre travail. »

Wangari Maathai était également surnommée la « Femme aux trois R » pour « Réduire, réutiliser et reycler ». On retiendra d'elle également son long combat contre la corruption au Kenya.

Auteur : Carine Debrabandère
Edition : Jean-Michel Bos

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !