1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

La mort d'Arafat Jarada enflamme la Cisjordanie

La tension monte en Cisjordanie où la mort d'un détenu palestinien pourrait mettre le feu aux poudres et déclencher un nouveau soulèvement général dans les territoires occupés. Le détenu pourrait avoir été torturé.

Les déclarations des deux camps sont comme à l'accoutumée contradictoires. Les Palestiniens affirment que le détenu a été torturé. Le gouvernement israélien conteste cette version et exige de l'Autorité palestinienne qu'elle maintienne le calme.

Une chose est sûre cependant : Arafat Jarada, un Palestinien de 30 ans arrêté le 18 février, est mort en prison et ses funérailles ont donné lieu ce lundi à des funérailles de martyr avec des milliers de manifestants dans son village natal, non loin de la ville d'Hébron.

Israel Hungerstreik

L'Autorité palestinienne réclame une enquête internationale

Le ministre palestinien des prisonniers a affirmé, citant le médecin légiste qui a participé hier à l'autopsie, que le jeune homme est mort de tortures alors qu’il était interrogé par le Shin Beth, le service de la sécurité intérieure israélienne. Les autorités israéliennes affirment pour leur part qu’Arafat Jarada est mort d'une crise cardiaque et que les contusions sur son corps et ses côtes cassés ont pu être provoquées par les tentatives pour le réanimer. Le gouvernement a affirmé qu’il avait besoin de plus d’informations avant de donner une explication définitive à cette mort.

Quelle que soit la vérité, ce nouveau drame éclaire le dossier des 4700 Palestiniens emprisonnés par Israël. Un dossier sensible dans la société palestinienne où quasiment chaque famille a un de ses membres en prison.

A Palestinian protester stands near Palestinian riot police after they intervened in clashes between Palestinian protesters and Israeli forces in the West Bank city of Hebron February 22, 2013. Israeli forces clashed with Palestinian protesters throughout the occupied West Bank on Friday, capping a week of violence amid a hunger strike by four Palestinians in Israeli jails. REUTERS/Darren Whiteside (WEST BANK - Tags: CIVIL UNREST POLITICS)

La police anti-émeute mobilisée contre les risques de dérapages

Qui plus est, l’organisation israélienne des droits humains, B’Tselem, affirme avoir recensé 700 cas de mauvais traitements de détenus par les services du Shin Beth au cours de la dernière décennie. Tout ceci crée une situation déjà très tendue et la mort d’Arafat Jarada risque de jouer le rôle d'étincelle. Israël prend très au sérieux les risques d'un nouveau soulèvement et le Premier ministre Benjamin Netanyahu a exigé que l'Autorité Palestinienne maintienne le calme.

La dureté du ton utilisé dans chaque camp intervient à un mois de la visite annoncée du président Barack Obama en Israël et à Gaza. Un embrasement soudain viendrait soutenir l'argument palestinien selon lequel aucun effort vers la paix ne pourra être conduit sans la pression des États-Unis.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !