1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

La justice allemande condamne des pirates

A l'issue d'un long procès qui a occupé procureur, juges et avocats pendant plus de deux ans, dix Somaliens ont été condamnés par le tribunal de Hambourg pour piraterie maritime au large de la Corne de l'Afrique.

default

Pirates somaliens et leurs avocats

Il y a plus de 400 ans que la justice de la grande ville portuaire de Hambourg, dans le nord de l'Allemagne, n'avait dû juger des pirates ! Le plus célèbre jamais jugé dans la ville de Hambourg est Klaus Störtebecker. C'était en 1401 et celui qu'on appelait « le Corsaire rouge » fut condamné à mort et décapité.

Hamburg Piraten-Prozess Somalia

Salle du procès à Hambourg ce vendredi

Ce vendredi les accusés, eux, ne risquaient au maximum que 15 à 20 ans de réclusion. Mais après avoir entendu de nombreux témoignages, dépositions et expertises, le tribunal les a finalement condamnés à des peines allant de deux à sept ans de prison.

Des peines relativement clémentes donc, mais qui ont valeur de signal comme le souligne Ralf Nagel de l'Union des armateurs allemands à Hambourg : « Ce verdict aujourd'hui donne un signal clair que la piraterie est un crime grave ! »

Détournement d'un cargo allemand

Les dix Somaliens étaient jugés pour l'attaque du cargo allemand MS Taipan. Le plus jeune accusé est né en 1962, le plus âgé en 1992. Armés entre autres de kalachnikovs et de lance-roquettes, ils avaient capturé le navire le 5 avril 2010 à 530 miles marins du littoral somalien. Un commando spécial de la marine néerlandaise de la frégate « Tromp » avait libéré quelques heures plus tard le porte-conteneurs long de 140 mètres, et arrêté les pirates qui avaient été écroués aux Pays-Bas, puis extradés en juin 2010 pour un procès à Hambourg, le port d'attache du Taipan.

Containerschiff Elbe Hamburg Express

Porte-conteneurs à Hambourg

Nombreux sont ceux qui espèrent, que la situation en Somalie évolue positivement et rende plus difficile pour le crime organisé de trouver facilement des hommes de mains. C'est aussi ce que souhaite Ralf Nagel: « Nous voulons naviguer pacifiquement et nous ne souhaitons pas être obligés d'avoir des armes à bord ! On ne pourra maîtriser la piraterie que si les conditions sociales, économiques et politiques dans la région offrent à la population de véritables perspectives, mais cela demandera du temps, c'est un long processus ! »« La racine du problème et la solution de la piraterie c'est à terre qu'elles se trouvent et non pas devant un tribunal ou en mer ! »

Le procès de Hambourg a coûté plusieurs millions d'euros mais l'Allemagne se devait de le tenir, dans le cadre d‘accords internationaux en rapport avec la mission Atalante et la lutte internationale contre la piraterie. Selon les chiffres du Bureau Maritime International, quelques 11 navires et 180 marins sont encore entre les mains de pirates.