La jeunesse sénégalaise veut peser dans le scrutin | Archives Afrique | DW | 10.02.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Archives Afrique

La jeunesse sénégalaise veut peser dans le scrutin

La présidentielle du 26 février prochain, suscite beaucoup d'intérêt dans la jeunesse. Devenus plus exigeants, les jeunes sénégalais ne cessent de souligner le manque de programme des candidats en lice.

Protesters opposed to President Abdoulaye Wade running for third term in next month's elections shout slogans as they rally ahead of a decision from the country's highest court on the validity of Wade's candidature, in Dakar, Senegal, Friday, Jan. 27, 2012. Senegal's highest court ruled Friday evening that the country's increasingly frail, 85-year-old president could run for a third term in next month's election, a deep blow to the country's opposition which has vowed to take to the streets if the aging leader does not step aside. (AP Photo)

Jeunes opposants au président sénégalais dans les rues de Dakar

La campagne électorale bat son plein. Les différents protagonistes sillonnent le pays et tentent de convaincre de potentiels électeurs. Pour l'heure, le seul programme de l'opposition regroupé au sein du M23, est de décrier la candidature du président sortant, Abdoulaye Wade. Innocent Faye, lui est conscient du poids de sa carte d'électeur : "Moi ce que je dirai à mes camarades jeunes et sénégalais, c'est de savoir que la meilleure arme qu'ils ont c'est leur carte d'électeur. Je leur demande aussi d'aller sereinement à ces élections et de prendre cette carte tout en votant en toute connaissance de cause."

Abdoulaye fait partie quant à lui de ces jeunes déboussolés. Nous l'avons trouvé au centre de jeunes dans le populeux quartier de grand Dakar en face du marché : "Les candidats de l'opposition ne font que s'attarder sur la candidature de Wade. Jusqu'à présent personne d'entre eux n'a déroulé un programme spécifique dans lequel nous, les jeunes, on devrait se retrouver."

FILE - In this Sept. 1, 2011 file photo, Senegalese President Abdoulaye Wade waves as he leaves the Elysee Palace in Paris, France. Senegal's highest court ruled Friday, Jan. 27, 2012, that the country's increasingly frail, 85-year-old president could run for a third term in next month's election, a deep blow to the country's opposition which has vowed to take to the streets if the leader does not step aside.(Foto:Jacques Brinon, File/AP/dapd)

A 85 ans, le président sénégalais Abdoulaye Wade brigue un troisième mandat

Acte citoyen

Jeune producteur de musique Hip hop, Simon travaille constamment avec les centres de jeunes. Il livre son analyse de la situation politique actuelle : "Les politiques avaient tout fait pour nous exclure, en faisant croire aux populations que c'est leur domaine. Donc, il ne fallait pas s'en mêler. Mais parler de carte électorale ou de Constitution, est un acte citoyen."

Enfin, ce jeune étudiant, en médecine à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar met sur la responsabilité de l'État la situation socio-politique que vit le pays : "La situation politique en ce moment à Dakar est en train d'opprimer la jeunesse. Or, les manifestations sont dirigés par les étudiants de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Plus de 80% des étudiants ne veulent pas du régime actuel. Ils exigent un changement et une réponse à leur demande."

A présent, la situation politique au Sénégal reste incertaine. La plupart des jeunes écoutent avec prudence les promesses des différents candidats. Dans ce sillage, nombreux sont les jeunes qui ne savent plus à quel Saint se vouer. Ils continuent et nourrissent l'espoir d'entendre les différents prétendants au pouvoir leur parler de programmes qui les impliqueraient.

Auteur : Babou Diallo
Edition : Konstanze von Kotze

La rédaction vous recommande