1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

La Hongrie place les demandeurs d'asile en détention

 En Hongrie, le Parlement a adopté à une très large majorité une loi visant à placer en détention systématique tous les demandeurs d'asile présents dans le pays. Les migrants seront placés dans des "zones de transit".

"La Hongrie est actuellement en compétition étroite avec les Etats-Unis : C’est à qui montrera le moins de compassion possible!", relève la Landeszeitung de Lunebourg: "Toutefois l’Allemagne et l’Europe ne peuvent s’indigner haut et fort et faire la morale au constructeur de mur américain ou au garde- frontières hongrois. Car, actuellement, le principe de la dissuasion est le mot d’ordre en vigueur dans la 'forteresse Europe'."

La Kölnische Rundschau également appelle “ à ne pas être hypocrite et à faire comme si l‘accord migratoire avec le despote turc Erdogan correspondait à l’idéal humanitaire !" 

Ungarn Zaun Grenze Flüchtlinge (picture alliance/AP Photo/E.Molnar)

Un véhicule de la police hongroise patrouille le long de la frontière avec la Serbie.

Le quotidien conservateur Die Welt, lui, voit les choses d’un autre oeil: "Budapest est assez courageux pour endosser ce que certains observateurs nomment le „sale travail“. Qu’on le veuille ou non: la tâche de chaque Etat est d’assurer lui-même la protection de ses frontières. Il n’est pas possible qu’on laisse faire ce travail par des pays voisins, de l’autre côté de la Méditerranée ! La réduction des flux migratoires est de fait un consensus, croit le journal et conclut : " Celui qui veut intégrer des réfugiés avec succès, doit dissuader les masses d’immigrants…"

A propos de la Journée Mondiale de la Femme, la Süddeutsche Zeitung constate que : "La montée des populistes en Allemagne, en Russie, en Turquie, en Amérique, en Hongrie, en France ou en Pologne a tout changé. Les populistes ont fait ressurgir une image de la femme que l’on croyait bien révolue ! " 


Facebook et la justice allemande

 

La justice allemande a débouté un réfugié syrien qui voulait obliger Facebook à censurer les détournements de son "selfie" avec la chancelière Angela Merkel, l'impliquant dans des attentats ou des faits divers.


Le tribunal de Wurtzbourg considère que Facebook est un "hébergeur" et non un média et juge ainsi que Facebook ne peut être contraint à filtrer chaque contenu insultant ou diffamatoire. Un jugement contesté par la plupart des éditorialistes. "Facebook gère une plateforme et doit répondre de ce qui s’y passe! ", estime la FAZ, la Frankfurter Allgemeine Zeitung: "De la même manière qu’un journal est tenu responsable en cas de publication d’une  lettre de lecteur prônant la haine raciale, Facebook doit aussi être tenu responsable des contenus  présentés sur sa plateforme…"

Deutschland Bayern - Prozess gegen Facebook (picture-alliance/dpa/K. J. Hildenbrand)

Devant le tribunal de Wurtzbourg, le réfugié syrien Anas M.( au centre) aux côtés de son avocat Chang-jo Mun donne une interview à la presse

Pour la Rheinische Post ,"Il ne s’agit pas de censurer de manière implacable ou même d’endosser le travail des instances judiciaires; ce qui est contraire à la Loi doit toujours être poursuivi par la justice, souligne le quotidien. Mais  Facebook doit endosser sa part de responsabilité. Il serait techniquement facile d’identifier des photos problématiques…Et pour Facebook ce ne serait pas non plus un problème sur le plan financier  " estime le journal de  Düsseldorf …
 

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !