1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

La Guinée-Bissau livrée à elle-même?

La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) commence à retirer ses troupes déployées depuis cinq ans en Guinée Bissau. Or ce pays demeure politiquement instable et organise bientôt des élections.

Écouter l'audio 02:05

"Le départ des troupes de la CEDEAO est un signe de fatigue" (Mamadou Jao, Chercheur et Anthropologue bissau-guinéen)

L'ÉCOMIB se retire de la Guinée Bissau et cela suscite des inquiétudes. Après cinq ans passés dans ce pays en crise, la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a décidé de retirer ses troupes qui assuraient jusqu'ici la sécurité des personnalités politiques et des édifices publics. Ce retrait commence ce vendredi 28 avril et devrait s'achever le 30 juin selon les indications de l'organisation sous régionale ouest-africaine.

Crise au sein du PAIGC

Le problème, c'est que la Guinée Bissau traverse des turburlences politiques nées d'une mésentente entre le président José Mario Vaz et son ex-Premier Ministre Domingos Pereira qu'il a limogé en 2015. Les deux hommes sont pourtant issus du même parti, le PAIGC. Une querelle qui contamine la vie politique alors que le pays s'achemine vers des élections.

Pour le chercheur et anthropologue bissau-guinéen Mamadou Jao, le retrait de la CEDEAO est le signe d'une lassitude face à l'impasse politique.

Pour écouter son analyse, cliquez sur l'image principale de l'article !

Les troupes de la CEDEAO sont essentiellement composées de Sénégalais, de Burkinabè et de Nigérians. Leur déploiement en Guinée Bissau est intervenu au lendemain d'un coup d'Etat militaire en avril 2012.

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !