1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

La guerre au Yémen et le Brexit à nouveau en Une des journaux allemands

Après la mort de l'ancien président Ali Abdallah Saleh, les journalistes déplorent une situation de plus en plus confuse. Dans les colonnes des journaux, on revient également sur les négociations sur le Brexit.

En guerre depuis près de trois ans, le Yémen ressurgit à nouveau sur les premières pages des quotidiens allemands aujourd'hui. La raison c'est la mort de l'ancien président Ali Abdallah Saleh tué par les rebelles houthis ce lundi. Les deux camps contrôlaient encore conjointement la capitale il y a quelques semaines contre le président Hadi. Mais l'ex-président défunt venait de briser son alliance avec les rebelles. "Cette guerre est désormais encore plus flou", écrit désormais la Frankfurter Allgemeine Zeitung.

"Jusque-là", écrit le journal pour simplifier, "on avait deux camps : les rebelles, l'ancien président et l'Iran contre l'Arabie Saoudite et le président légitime Hadi". "Maintenant les Emirats Arabes Unis reviennent dans le conflit, mais personne n'a les mêmes objectifs sur place". Ce qui fait dire à la Süddeutsche Zeitung que "l'espoir est mort" pour le Yémen. "Personne ne peut dire à qui va profiter la disparition de l'ancien président", explique le journal, pour qui "ce qui est certain, c'est que la douleur de la guerre civile va se faire encore plus forte".

La Tageszeitung donne d'ailleurs la parole à un habitant de Sanaa qui raconte les bombardements et la guerre au sol qu'il vit depuis des années. "Pourtant je vous assure que ces jours-ci sont les pires et les plus durs de ma vie", raconte-t-il.

Brexit, oui mais ... 

Dans la presse, Londres et Bruxelles concentrent aussi une partie des attentions. Les journalistes commentent en fait les négociations sur les modalités de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne qui trainent. "C'est un peu déjà comme si le Brexit avait été annulé", réagit la Tageszeitung alors que les deux camps ont déjà réussi à réunir leur position sur un certains nombres de points.

"Alors bien sûr", dit le journal, "ça ne sera pas écrit comme ça dans les textes". Mais le journaliste prend en exemple le vocabulaire utilisé. On parle "poursuite des relations", "des liens à maintenir". "Le Royaume-Uni sera une deuxième Norvège un peu : pas dans l'Union européenne mais complètement intégré économiquement", explique le journal. "C'est juste dommage pour les Anglais, parce qu'ils payaient jusque là moins que les Norvégiens par habitant", dit la Taz.

La Handelsblatt pour sa part parle désormais du " choc des réalités". "Les Anglais sont maintenant en bas des pays du G7" au niveau économique et "l'Europe, qui devrait atteindre une partie de ses objectifs dans les négociations, ne triomphe pas non plus". Pas de triomphe parce que "l'Union doit organiser la sortie d'un membre pour la première fois de son histoire et devra chercher à limiter, elle aussi, les dégâts dans son économie de la sortie des Anglais", conclut le journal.

 

Liens

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !