1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Archives Afrique

La grève générale se poursuit au Nigeria

Six personnes sont mortes lundi dans des manifestations contre la hausse du prix du carburant. Face aux appels au dialogue du gouvernement, les syndicats veulent poursuivre la grève jusqu’à obtenir gain de cause.

La colère est grande au Nigeria

La colère est grande au Nigeria

Les syndicats veulent aller jusqu'au bout dans leur grève contre la suppression des subventions au secteur pétrolier. Tout comme hier, de nombreux commerces restent fermés aujourd'hui dans les grandes villes du pays. Les syndicats exigent que le gouvernement rétablisse les subventions dont la suppression, le 1er janvier, a entraîné une brusque hausse des prix de l'essence. Les autorités disent comprendre la colère des Nigérians mais les invitent à saisir le bien-fondé de la suppression de la subvention. Labaran Maku, ministre nigérian de l'Information :

« Nous respectons les droits démocratiques de nos citoyens à exprimer leur mécontentement. Ils ne sont pas contre nous et, nous ne sommes pas contre eux non plus. Ce qui est donc important, c'est de voir ce que nous devons faire pour entretenir l'économie nigériane, afin de créer des opportunités d'emplois pour nos citoyens. Donc en fait, nous luttons pour la même cause. »

Des manifestants blessés dans des heurts avec les forces de l'ordre

Des manifestants blessés dans des heurts avec les forces de l'ordre

Réaction allemande

Pendant que les autorités nigérianes tentent d'amener les syndicats à la table des négociations, des inquiétudes se font entendre au niveau international. Le délégué pour l'Afrique du ministère allemand des Affaires étrangères, Walter Lindner, se dit préoccupé des violences. Du même coup, il pense que le Nigeria souffre en réalité d'un déséquilibre social, injustifiable dans un pays qui gagne chaque année des milliards grâce à l'exploitation du pétrole.

Ces manifestations contre la suppression des subventions se déroulent au moment où les violences interreligieuses se poursuivent dans le pays. Lundi, une mosquée aurait été attaquée dans l'Etat de Edo dans le Sud, par des manifestants contre la hausse du prix du carburant. Le pape Benoît XVI s'est personnellement inquiété de cette montée des violences interreligieuses.

Auteur : Eric Segueda
Edition : Marie-Ange Pioerron

La rédaction vous recommande

L'Afrique en débat (magazine)