1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

La Grèce dit non

Les Grecs ont rejeté massivement, lors du référendum de dimanche, le plan des créanciers de leur pays. Le pays va-t-il rester dans la zone euro ? C'est la question que tout le monde se pose désormais.

Le non aux propositions des créanciers de la Grèce sur de nouvelles mesures de rigueur l'a emporté avec 61,31% contre 38,69%, selon les résultats définitifs publiés lundi par le ministère de l'Intérieur. La participation s'établit à 62,5%, selon les chiffres publiés après dépouillement de la totalité des bulletins de vote.

Le Premier ministre de gauche radicale Alexis Tsipras avait appelé à voter non lors de ce référendum, qui portait sur l'approbation ou le rejet de mesures de réformes et de rigueur budgétaire proposées par les créanciers du pays. "C'est une victoire personnelle pour le Premier ministre", selon Jens Bastian, consultant en économie et finances . "Mais il doit rester prudent, ne pas surestimer cette victoire, placer les intérêts du pays et de ses concitoyens avant les intérêts de son parti". Pour cet expert qui a vécu et travaillé une vingtaine d'années à Athènes, nombreux sont les Grecs qui ont voté avec colère, pour protester contre l'échec des plans d'austérités imposés au pays depuis le début de la crise.

Dès ce lundi, les dirigeants de l'Union européenne vont engager d'intenses consultations pour évaluer les conséquences du "non". La chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande étaient néanmoins "d'accord" pour dire qu'il fallait "respecter le vote" des Grecs, et pour appeler à un sommet de la zone euro, qui aura lieu mardi après-midi à Bruxelles. La Commission européenne dit aussi "respecter le résultat" du référendum.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !