1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

La future assemblée sénégalaise va coûter cher

À l'issue des élections législatives du 30 juillet au Sénégal, quinze nouveaux députés représentant la diaspora vont faire leur entrée dans l'hémicycle. Un ajout qui va peser sur le budget de l'Assemblée.

Écouter l'audio 02:06

"C'est de l'argent qui pourrait être investi ailleurs"

Dimanche 30 juillet, le Sénégal va renouveler son assemblée nationale. L'institution va passer de 150 à 175 députés. Cette élection va donc consacrer l'arrivée de quinze nouveaux députés qui vont représenter les Sénégalais de l'extérieur. 

Aissata Tall Sall, députée et candidate, ne comprend pas ce choix. "Le Sénégal est une seule circonscription électorale. Le nombre de députés est fixé en fonction du nombre d'habitants que nous sommes. Mais les Sénégalais de l'extérieur sont comptabilisés parmi les habitants du Sénégal", déplore la candidate.

En tant que simple électeur, Boubacar estime lui aussi que cette augmentation n'est pas indispensable. "Je trouve que c'est une gabegie. Quinze députés de la diaspora, c'est trop d'une part et je pense qu'aujourd'hui, en rapport avec la situation dans laquelle nous sommes, on ne doit pas se permettre d'avoir autant de députés au Sénégal".

400 millions de CFA par an pour 15 députés

Pour Meissa Babou, économiste, ces quinze nouveaux députés servent à satisfaire une clientèle politique. Avec un traitement coûteux : la création de ces nouveaux mandats va en effet engendrer un lourd fardeau pour l'État, avec des élus qui devront voyager depuis l'Europe ou l'Amérique pour participer aux sessions plénières de l'Assemblée nationale. "Nous sommes dans une augmentation générale de nouveaux postes politiques", explique-t-il. "Si on se limite à l'analyse de quinze députés, on pourra voir peut-être qu'avec les indemnités, ils coûteront en moyenne quarante millions de francs CFA par mois, l'équivalent de 480 millions l'année".

"C'est de l'argent qui pourrait être investi ailleurs", avance de son côté Eric, technicien dans l'audiovisuel. Il pense que le traitement des nouveaux députés peut servir à autre chose "Si à chaque séance, à chaque travail ou travaux de l'assemblée nationale, il faut déplacer ces députés qui représentent la diaspora, assurer leur transport, assurer leur hébergement, c'est de l'argent qui pouvait être investi ailleurs."

Des députés qui pèsent dans le budget

Actuellement, un député perçoit 1,3 million de francs CFA de traitement mensuel, soit un total de 78 millions de francs CFA pour la totalité du mandat de cinq ans. À cela s'ajoutent 300 litres de carburant par mois, un véhicule 4X4 et un passeport diplomatique. 

"On risque d'avoir une trésorerie extrêmement tendue dans les mois et les années à venir", estime Meissa Babou. Selon elle, les nouvelles lignes budgétaires vont peser sur le trésor public. En 2016, le budget de l'Assemblée nationale était de plus de 16 milliards de francs CFA. 

Beaucoup de Sénégalais pensent que les députés sont "payés à ne rien faire". Les concernés, eux, avancent qu'ils sont pauvres. Parce qu'ils partagent quotidiennement leurs salaires avec les électeurs.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !