1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

La fin du Transrapid?

L’accident du train a grande vitesse Transrapid, qui a fait 23 morts et dix blessés sur la ligne d’essai du nord de l’Allemagne vendredi, fait l’objet d’une enquête. Le choc avec un véhicule d’inspection présent sur la voie serait du à une erreur humaine. La technologie à sustentation magnétique, permettant des pointes à 430 Km/h, est pourtant sur la sellette également en Chine où on l’a déjà exportée. L’avenir du fleuron de la technologie allemande est donc menacé. La presse allemande s’en fait l’écho dans ses commentaires aujourd’hui.

L'accident du Transrapid risque de porter préjudice à l'image de la technologie à sustentation magnétique

L'accident du Transrapid risque de porter préjudice à l'image de la technologie à sustentation magnétique

Aucun moyen de transport ne garantit une sécurité absolue, affirme le quotidien Die Welt. Le risque demeure en particulier parce qu’il est impossible d’éviter toute erreur humaine. C’est la raison pour laquelle statistiquement la voiture est plus dangereuse que l’avion. À partir d’une seule catastrophe, comme celle du Transrapid, on ne peut déduire que cette technologie est hasardeuse, plaide le journal. Car le problème d’un obstacle sur la voie est le même pour tous les trains.

Le problème, la Frankfurter Rundschau le situe plutôt dans l’obsession des experts et des politiciens pour la célérité. Le Transrapid est l’un des produits de la vision technologique désormais surannée, selon laquelle le salut des transports publics viendrait de la grande vitesse. "Deux fois plus rapide que la voiture et deux fois moins que l’avion". Telle est la définition du Transrapid dont il tire sa légitimation. Or, rappelle le quotidien, le bon vieux chemin de fer roule depuis longtemps vers le même objectif : l’ICE atteint les 300 Km / h. Celui qui s’en félicite doit accepter que si la vitesse n’augmente peut-être pas la probabilité d’un accident, elle en accroît la gravité.

Malgré la catastrophe en Allemagne, le service est resté tout a fait normal à Shanghai, relève la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Pourtant une voiture du Transrapid s’était enflammée le 11 août dernier à proximité de la métropole chinoise sans faire de victime. Avant même d’avoir présenté le rapport d’enquête, les autorités sont convaincues qu’il ne s’agit pas d’un acte criminel. Un journal d’état tient d’ailleurs un court-circuit pour responsable de l’incendie. En outre de plus en plus de chercheurs chinois élaborent à bride abattue une version moins performante mais plus abordable du Transrapid. Les autorités compétentes déjà réfractaires devraient disposer de nouveaux arguments pour refuser la technologie allemande.

Mais même en Allemagne elle ne s’imposera jamais, selon la Süddeutsche Zeitung si toutefois une défaillance du système magnétique s’avérait être à l’origine de l’accident de vendredi. On ne saura qu’à la fin de l’enquête si c’est le cas ou si les hommes sont en cause, poursuit le journal ; mais quoiqu’il en soit la perte de crédit sera extrêmement difficile à compenser. À Munich, qui doit accueillir le premier trajet, les réserves étaient déjà grandes avant la catastrophe. Trop bruyant, trop cher, trop laid avait dit la ville en refusant le projet ; quant à la région bavaroise et somme toute le gouvernement berlinois, qui y étaient favorables, il n’étaient pas prêts à payer.

  • Date 25.09.2006
  • Auteur Yann Durand
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C6yJ
  • Date 25.09.2006
  • Auteur Yann Durand
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C6yJ
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !