La Dolce Vita n′est plus ce qu′elle était | Dossier | DW | 06.08.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Dossier

La Dolce Vita n'est plus ce qu'elle était

Eté 1959… Federico Fellini tournait la Dolce Vita dans les rues de Rome. Ce film est devenu un véritable mythe, un symbole de l’Italie à travers le monde.

FItalian actress Anita Ekberg, left, appears as Sylvia Rank and co-star Marcello Mastroianni as the journalist Marcello Rubini in Fellini's 1960 film La Dolce Vita. (AP Photo)

Anita Eckberg et Marcello Mastroianni, le couple mythique de la Dolce Vita de Fellini

La ville éternelle ne pouvait pas manquer de célébrer cet anniversaire… et elle le fait de la façon la plus Dolce Vita qui soit : projection du film en plein air sur l’ile Tibérine, au cœur du centre historique dans le cadre de l’animation d’été « Isola del Cinema ».

un lieu idéal pour un film mythique

Sonnenuntergang Rom

Crépuscule au coeur de Rome

Crépuscule au cœur de Rome. L’ile Tibérine, si mélancolique l’hiver, se transforme en rendez vous noctambule du cinéma pendant l’été. Un ciné club à ciel ouvert où vous accueillent Anita Ekberg et Marcello Mastroianni langoureusement étreints dans la fontaine de Trevi… Reproduction géante de la scène la plus célèbre de la Dolce Vita, hommage au film de Fellini, cinquante ans après. Un lieu idéal pour voir et revoir les films qui ont marqué l’histoire : « A côté de l’ile Tibérine, la ville de Rome est née il y a plus de 2000 ans, ici c’est comme être dans un set naturel de cinéma, nous dit G iorgio Ginori, directeur artistique de l’Isola del Cinema, l’ile du cinéma L’ile Tibérine c’est comme un immense studio en plein air, qui attend que des films soient projetés ou d’accueillir des troupes, beaucoup de troupes sont descendues ici pour tourner des films »

Retour dans le temps, dans la Rome des années 60… dans les rues du centre ville, Federico Fellini dirige le tournage du film qui fera le tour du monde… qui suscitera l’ire du Vatican et marquera pour les cinquante années suivantes l’histoire du cinéma et de l’Italie.

Mathilde Auvillain s’est fondue dans le public.