1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

La diplomatie des "pandas"

La chancelière allemande et le président chinois ont présenté deux pandas ambassadeurs désormais hébergés à Berlin. Ils seront les représentants de l'amitié germano-chinoise. Un sujet commenté par la presse allemande.

Comprendre la Chine, sa politique et sa société demande d’avoir un autre un regard, souligne la Tageszeitung de Berlin. Selon ce quotidien, Meng Meng et Jiao Qing, les deux pandas géants peuvent également servir de point de départ pour une analyse approfondie en vue de comprendre la République populaire.

Des représentants permanents de Pékin à Berlin

L'emménagement à Berlin de deux pandas, considérés comme des trésors nationaux en Chine, constitue un nouvel épisode de la diplomatie dite "des pandas" instaurée par Pékin pour entretenir de bonnes relations avec ses partenaires. L’empire du Milieu n'a envoyé ces ambassadeurs spéciaux que dans une douzaine de pays. Et pour la Taz, les politiciens allemands devraient savoir se

passer de ces mignons petits animaux et les revenus espérés en millions d’euros pour le parc zoologique. Lors de sa rencontre avec Xi Jinping au zoo, note le quotidien berlinois, la chancelière a évité de faire des remarques critiques à l’endroit de son homologue chinois. Et tout cela pour les beaux yeux des pandas, nous allons tomber dans le piège de Pekin… commente la TAZ.

Pour la Frankfurter Allgemeine Zeitung, la Chine est "indispensable", mais appelle à la prudence et met en garde l'Allemagne et le reste du monde contre un possible revirement de Pékin. Même si le quotidien note que le partenariat avec la Chine dans le domaine économique s’est bien passé jusqu'à présent. Mais maintenant de nouvelles difficultés se pointent à l’horizon. Il serait donc judicieux d’attendre et de voir si la Chine va désormais conduire une politique à l’image des Etats-Unis ..! «Chine d'abord », conclut la FAZ.

Un acte désormais puni en Allemagne

Des automobilistes qui bloquent la voie aux sapeurs pompiers parce qu'ils préféreraient regarder comment un bus prend feu, ce fait

suscite le commentaire de Süddeutsche Zeitung. Bloquer la voie d'urgence juste dans le but de filmer un accident, que certains après publient sur les réseaux, suscite l’indignation du quotidien.

Un tel comportement, observé à nouveau lors de l’accident d’un bus qui a fait 18 morts en Bavière, est maintenant puni : jusqu'à 320 euros d'amende avec une interdiction de conduire pendant un mois et deux points en moins dans le fichier des infractions de la circulation. Pour le quotidien munichois, c’est un phénomène des réseaux sociaux, un phénomène de notre époque à combattre. 

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !