1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

La Dame de fer n'est plus

Adulée ou détestée, Margaret Thatcher, ancienne Premier ministre du Royaume-Uni, décédée lundi, à l'âge de 87 ans, est à la Une de tous les journaux. Il est aussi question d'Angela Merkel et de Vladimir Poutine.

Margaret Thatcher, en octobre 1984

Margaret Thatcher, en octobre 1984

Ils ne sont pas nombreux ceux qui peuvent se targuer d'avoir donné leur nom à une idéologie politique, écrit die tageszeitung. Margaret Thatcher, qui a dirigé son pays d'une main de fer entre 1979 et 1990, en fait partie. Elle est à l'origine du mot "thatchérisme" que le journal associe à dérèglementation, privatisation et destruction du tissus social.

Margaret Thatcher aura réussi comme personne d'autre à diviser la société britannique. Elle est responsable du démantèlement des syndicats et de la ruine du secteur public, en particulier de celle du système de santé. Et pourtant, que ce soient les conservateurs ou les travaillistes, ses successeurs ont en grande partie poursuivi sa politique, remarque le journal.

Die Welt, qui consacre de nombreux articles à la "Dame de fer", rappelle qu'elle s'était notamment opposée à la réunification allemande, estimant qu'une seule Allemagne représentait un État trop grand et trop puissant au cœur de l'Europe. Née en 1925, Margaret Thatcher s'est toujours demandée comment contrebalancer la puissance allemande, contrairement à la France par exemple qui tablait davantage sur l'intégration.

Dans ses mémoires, publiées il y a exactement 20 ans, l'ancienne Premier ministre avait intitulé son chapitre sur la réunification « La question allemande et l'équilibre du pouvoir ». Un titre qui sonne étrangement prophétique à l'heure où Angela Merkel nourrit des ressentiments pour sa gestion intransigeante de la crise économique européenne.

Merkel Putin Deutschland Hannover Messe 08.04.13

Faire des affaires et évoquer les droits de l'Homme : le défi de la Foire d'Hannovre

D'Angela Merkel, il en est aussi question à la Une de la Frankfurter Allgemeine Zeitung. La chancelière a en effet profité de sa rencontre avec le président russe Vladimir Poutine à la Foire de Hannovre pour dénoncer les contrôles de plus en plus sévères auxquels sont soumises les ONG en Russie.

Certes, ce n'est pas avec quelques mots que Vladimir Poutine va brusquement se transformer en démocrate, mais ce genre de remontrances est malgré tout utile, selon le quotidien. D'abord parce que, sans elles, le Kremlin ne se donnerait peut-être même plus la peine de faire semblant. Ensuite, parce qu'elles sont un message d'encouragement aux forces qui militent pour la démocratie dans le pays.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !