La crise menace-t-elle les droits de l′homme? | Europe | DW | 25.06.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

La crise menace-t-elle les droits de l'homme?

Amnesty International critique l'attitude de certains états européens vis à vis des sans-papiers ou des populations roms

default

Dans son rapport 2009, rendu début juin, sur « La situation des droits de l'Homme dans le monde », Amnesty International met l’accent sur l'impact négatif de la crise économique sur les droits humains. La crise venant fragiliser plus encore des populations qui sont déjà en situation précaire. Dans ce rapport, plusieurs pays européens sont mis à l’index pour des faits qui ont trait notamment aux conditions d’accueil des immigrés clandestins, les droits des migrants étant encore trop souvent bafoués.

En Allemagne, toutes les institutions publiques, y compris les services sociaux, sont tenues par la loi de signaler aux autorités les étranger en situation irrégulière. Amnesty international dénonce cette disposition dans son rapport car selon l’ONG, ceci restreint l’accès des migrants aux soins médicaux. Malgré tout, il existe une institution – l’ordre de Malte – qui vient en aide aux sans papiers et aux personnes dépourvues d'assurance. Leur nombre ne cesse d’augmenter en raison de la crise économique.

Reportage à Cologne de Patrice Cuvier.

En République tchèque, la situation de la minorité rom est très préoccupante. Celle-ci représente à peine 3% de la population du pays mais en période de crise, elle est un bouc émissaire facile. Les autorités ont ainsi enregistré une hausse des agressions physiques ou verbales à l’encontre des populations roms. Les discriminations à l’embauche sont devenus monnaie courante. Le Parti nationaliste tchèque n’a ainsi pas hésité à parler de « solution finale » pour résoudre le problème de l’intégration des roms. Face à cela, de plus en plus de Tchèques d’origine Roms choisissent d’émigrer au Canada qui leur accorde l’asile politique.

Correspondance à Prague signée Alexis Rosenzweig