La crise a du bon pour certaines entreprises | Europe | DW | 20.05.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

La crise a du bon pour certaines entreprises

Les fabricants de lingots d'or en Suisse voient leur carnets de commandes exploser. Tandis que le constructeur automobile Fiat souhaite racheter Chrysler et Opel

default

L’action de la Commission européenne face à la crise et celle de son président, José Manuel Barroso, est de plus en plus critiquée. La gestion de la crise au niveau européen est notamment jugée insuffisante par la France ou encore par l’ancien Premier ministre belge, Guy Verhofstadt, candidat libéral aux élections européennes.

L’Europe n’a en effet réussi à mettre sur pied qu’un plan de relance de cinq milliards d’euros et a échoué à établir une coordination entre les plans de relance nationaux.

La crise est à la une de tous les journaux et pourtant, certaines entreprises arrivent à s’en tirer mieux que les autres. En Italie par exemple, Fiat semble ne pas connaître la crise. Tandis que les constructeurs européens et mondiaux craignent pour leur avenir, Fiat pour sa part rachète ses concurrents. Avec le sauvetage de Chrysler ou encore le probable plan de rachat d’Opel, l’industriel italien se présente en meilleure santé que ses concurrents et ceci dans un secteur particulièrement sinistré.

Un reportage de Mathilde Auvillain.

En Suisse, la société Argor-Heraeus est une entreprise qui fabrique des lingots d’or. Et avec la crise, ses affaires n’ont jamais aussi bien marché. L’entreprise a triplé sa production et embauché une trentaine de personnes. Car les lingots d’or se vendent comme des petits pains, ou presque. Tout simplement parce que quand ça va mal, et bien les gens achètent de l’or.

Les grandes banques européennes comme l’Allemande Commerzbank ou bien la Suisse UBS se fournissent chez Argor-Heraeus. Elles achètent des lingots d’or, des briques d’une dizaine de kilos. Mais aussi des petits lingots de quelques grammes : un produit très demandé par les particuliers. Car le cours de l’or n’a cessé de monter depuis le début de la crise.

Un reportage de Marion Moussadek à Mendrisio dans le canton du Tessin.