La Cour des comptes réprimande le gouvernement allemand | Vu d′Allemagne | DW | 08.07.2004
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

La Cour des comptes réprimande le gouvernement allemand

La Cour des comptes a épinglé hier le gouvernement allemand pour l’ampleur de sa dette publique. Une dette publique qui atteint 1 300 milliards d’euros et qui, selon la cour, n’est plus soutenable. Le directeur de la Cour des compte, Dieter Engels, n’a pas mâché ses mots à l’égard de la politique des finances appliquée par le gouvernement, notamment le recours aux privatisations pour financer de nouvelles dettes, qu’il a qualifié de catastrophique. La plupart des éditorialistes allemands se montrent aujourd’hui tout aussi sévères.

default

Normalement, la Cour des comptes s’abstient de toute critique sur la politique du gouvernement, écrit le Kölner Stadt Anzeiger. Pourtant hier son président Dieter Engels a adopté un ton résolument différent. Il a d’une part dénoncé l’accroissement de la dette publique et d’autre part, il a déclaré que visiblement le gouvernement ne se procurait plus ses financements soi-disant nécessaires qu’à l’aide de tromperies allant à l’encontre des lois en vigueur. Pour le journal de Cologne, cela montre à quel point la situation est sérieuse.

Selon la Neue Ruhr Zeitung, ce sont toujours les mêmes problèmes que la cour des comptes dénonce : négligence dans la planification, estimation bien trop large des besoins, manque de discernement face à ses propres erreurs et insuffisance du contrôle des résultats. Dans beaucoup de cas, l’administration publique dépense avec trop de nonchalance l’argent des citoyens, poursuit le quotidien, et au bout du compte elle gaspille chaque année des milliards d’euros.

Le plus agaçant dans la dilapidation des deniers publics, écrit pour sa part die Welt, c’est la manière nonchalante qu’a la politique de passer outre depuis des années. D’un air de dire : ces pingres de la cour des comptes, ils osent s’en prendre à un programme politique brillant et généreux. Et pourtant, poursuit le quotidien, tous les vols d’avions absurdes, les ordinateurs installés inutilement et les investissements non contrôlés sont plutôt le résultat d’une stratégie arbitraire. Pour le journal de Berlin, il ne s’agit pas de simples erreurs, mais de mauvaises décisions prises de façon systématique. Des décisions qui ne sont pas dues à quelques personnes surmenées mais à un système tout entier qui a oublié que son pouvoir n’était que temporaire.

Les Kieler Nachrichten voient le rapport de la Cour des comptes comme une grande claque pour Hans Eichel. S’il n’avait été question que de l’habituel reproche face à la dette publique démesurée, le ministre des finances aurait pu répondre qu’il ne faisait que gérer l’héritage difficile de l’époque conservatrice et libérale. Mais les critiques touchent cette fois-ci directement la politique rouge-verte de privatisation, écrit le journal. Une politique dont les prochaines générations subiront les conséquences.

  • Date 08.07.2004
  • Auteur Aude Gensbittel
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C9hJ
  • Date 08.07.2004
  • Auteur Aude Gensbittel
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C9hJ
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !