La corruption, un fléau à combattre | Europe | DW | 10.06.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

La corruption, un fléau à combattre

En Europe la corruption coute chaque année 120 mililards d'Euro par an. La commission européenne a lancé un train de mesures anti-corruption. Le président letton veut lutter contre la corruption au sein du Parlement.

epa02756661 (FILE) A file photo dated 17 Jaunary 2011 of Latvia's President Valdis Zatlers in Riga. Latvian President Valdis Zatlers said 28 May he would launch the process of dissolving the country's parliament, a little over seven months after parliamentary elections. Speaking in an extraordinary live address to the nation, an emotional Zatlers said it was time to put a full stop to the political manipulations of vested interests. EPA/VALDA KALNINA ** LATVIA OUT * LITHUANIA OUT * ESTONIA OUT ** +++(c) dpa - Bildfunk+++

Le président Zlaters à Riga décide de dissoudre le parlement pour corruption.

La lettonie est un des petits pays balte situé au bout de l'Europe. Elle a retrouvé la liberté après la chute du régime soviètique mais demeure fragile politiquement . Et depuis le début du mois de juin, le pays traverse une nouvelle crise politique. S'adressant aux Lettons dans un discours télévisé le président Valdis Zatlers, leur a annoncé la dissolution du Parlement. Ils devront la confirmer le 23 juillet prochain par référendum. Au cœur de cette tempête politique, la corruption. La Lettonie lutte contre ce fléau depuis son retour à l'indépendance, il y a 20 ans. C'est ce qu'explique le reportage de notre correspondante Marielle Vitureau.

Précison également que la commission européenne estime que la corruption coute quelques 120 milliards d'euros par an, c'est à dire autant que le budget européen! La responsabilité en revient aux politiques, qui d'après Cécilia Malmström. commissaire à l'intérieur, ne font pas assez d'effort pour atteindre la tolérance zéro.

Crise alimentaire

Lebensmittelproben liegen in Glaskolben, beim Chemischen und Veterinäruntersuchungsamt Rhein-Ruhr-Wupper in Krefeld, um auf EHEC untersucht zu werden (Foto vom 07.06.2011). Das Labor testet Lebensmittelproben aus den Regierungsbezirken Köln und Düsseldorf mit 9,6 Millionen Einwohnern auf den EHEC-Erreger. Foto: Roland Weihrauch dpa/lnw (zu dpa KORR: «Auf der Suche nach EHEC in Radieschenschnipseln und Sprossen» vom 08.06.2011) +++(c) dpa - Bildfunk+++

Les graines germées sont bien les coupables de l'épidémie de la bactérie tueuse E.coli.

L'Europe volontiers critiquée par les politiques est appelée au secours en cas de crise grave. Et c'est ce qui s'est passé dans le cadre de la lutte contre contre la bactérie tueuse E.coli. L'Union européenne a en effet promis un dédommagement de 120 millions d'euros aux maraichers européens, en particulier espagnols victimes des mises en garde des autorités allemandes. De son côté l'eurodéputé allemand Jo Leinen réclame une coordination européenne d'envergure et même la création d'une agence centrale européenne sur le modèle de la Drug and Food administration américaine.

Tourbières millénaires

L'Irlande détient la plus vaste zone de tourbières d'europe. Les tourbiéres sont en fait le produit de la fossilisation de débris végétaux - des microorganismes, des bactéries, des champignons)- qui remonte à 1000 à 7000 ans. D'après le Conseil irlandais de protection des zones tourbeuses (Irish Peatland Conservation Council), cela représente la moitié de toutes les tourbières du continent européeen. Mais elles sont fragiles et doivent être protégées. En Irlande, tout le monde n'est pas d'accord, c'est en tous cas ce dont témoigne le reportage d'Armins Wisdorff présenté par Carine Debrabandère.

Auteur: Elisabeth Cadot
Edition: Jean-Michel Bos

Audios et vidéos sur le sujet