La Commerzbank veut combattre la faim | Allemagne | DW | 10.08.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

La Commerzbank veut combattre la faim

La Commerzbank - la deuxième banque d'Allemagne - a annoncé qu'elle arrêtait toute spéculation sur les denrées alimentaires. La décision de Commerzbank est motivée, assure-t-elle, par la crise alimentaire dans le monde.

On ne joue pas avec la nourriture ! La pétition lancée en avril dernier par l'organisation allemande Foodwatch, est sans ambiguité. Elle fait de la transparence dans l'industrie agro-alimentaire, son véritable cheval de bataille. Et elle a du succès. Depuis octobre 2011, Foodwatch a pu recueillir près de 170 mille signatures à travers toute l'Allemagne, contre la spéculation sur les produits agricoles, des grandes entreprises bancaires dont la Deutsche Bank, la première du pays.

Martin Blessing Vorstand Commerzbank

Martin Blessing, le patron de la Commerzbank

Des prix qui montent, qui montent

Selon les chiffres publiés par l'ONG, depuis 10 ans, les prix des denrées alimentaires n'ont cessé d'augmenter. Ils ont même triplé. Les récentes études menées par les ONG ont toutes montré que la spéculation sur les matières premières agricoles est bien la première cause de la faim dans le monde. Rafael Schneider, chef de projet à l'Agro-action allemande (Welthungerhilfe), explique pourquoi sa banque a décidé de se retirer de ce marché.

"C'est un signal fort à l'endroit des politiciens mais aussi des consommateurs pour leur dire ceci : Toutes ces activités, toutes ces affaires qui faites avec ceux qui ont faim et avec la misère nous en voulons plus. Le risque est trop grand que ces activités entraînent des reprecussions négatives. Il faut espérer que cela fasse école. Mais c'est aussi un signal fort aux responsables politiques pour qu'ils mettent fin à toute spéculation sur les produits agricoles ".

Les céréales particulièrement touchés par la hausse des prix

Pression de l'opinion publique

La Commerzbank emboîte le pas à deux autres établissements bancaires, qui dès le mois dernier, ont signifié l'arrêt de toute spéculation sur les produits agricoles. En effet depuis quelque temps, plusieurs ONG allemandes n'hésitent plus à orchestrer des campagnes destinées à interpeller les détenteurs d'un compte en banque dans des établissements qui continuent à spéculer sur le marché des matières agricoles, pour qu'ils changent d'établissement.

Économie et développement (Magazine)