La chancelière et l′énergie nucléaire | Allemagne | DW | 17.03.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

La chancelière et l'énergie nucléaire

La catastrophe au Japon est une césure qui fait réfléchir. Fukushima entrera sans doute dans l’Histoire comme auparavant Harrisburg aux Etats-Unis, ou Tchernobyl en Ukraine.

default

La chancelière Angela Merkel pendant son allocution au Bundestag à Berlin

L’Allemagne compatit aux souffrances des Japonais victimes de catastrophes naturelles aggravées par la plus grande avarie nucléaire de l’ histoire du pays. C'est ce qu'a déclaré la Chancelière au Bundestag, le Parlement allemand en assurant que l'Allemagne apporterait tout le soutien possible au Japon. Lors d' un débat houleux, Angela Merkel a aussi expliqué la décision de fermer les 7 plus anciennes centrales nucléaires allemandes .

Ce jeudi au Bundestag, la chancelière a exprimé sa compassion pour les Japonais face à une» "catastrophe inimaginable « qui les frappe. Angela Merkel a promis le soutien de l’Allemagne au Japon.

« Les évènements sont une césure pour l’ Europe, pour l’Allemagne, pour le monde entier " a déclaré la chancelière, évoquant les dangers que comporte l’énergie nucléaire de manière générale et la future politique de l’Allemagne dans ce domaine .

Deutschland Japan Bundestag Schweigeminute zum Gedenken an die Opfer

Le ministre de l'Intérieur Hans-Peter Friedrich, le ministre des Affaires étrangères Guido Westerwelle et la chancelière Angela Merkel observent une minute de silence à la mémoire des victimes au Japon

La chancelière a justifié sa décision de fermer les sept plus anciennes centrales nucléaires et a réfuté l’argument de certains juristes et de membres de l’opposition selon lesquels une telle décision ne peut être prise que par le Bundestag, le Parlement allemand:

" Les Länder, les Etats régionaux ont simplement décidé que les sept plus vieilles centrales soient débranchées pour une période de trois mois, et l’on n’a pas besoin pour cela du Bundestag."A l’automne dernier encore le gouvernement d’Angela Merkel avait fait adopter une loi pour prolonger la durée de vie des centrales allemandes, au delà de 2020 , limite fixée par la coalition précédente pour arrêter la dernière centrale.

Deutschland Japan Bundestag Atomkraft Die Grünen Jürgen Trittin

Le chef du groupe des Verts au Bundestag, Juergen Trittin plaide pour l'abandon du nucléaire pendant le débat au Bundestag

Et s’adressant à l’opposition , sociaux- démocrates et Verts qui exigent que l’on ferme définitivement ces centrales construites avant 1980 et que l’on revienne à l’abandon du nucléaire au plus tard en 2020 , la chancelière a déclaré:

" Je refuse de fermer des centrales en Allemagne pour acheter ensuite du courant à d’autres pays."

La chancelière a plaidé en faveur d’ " une sortie mesurée du nucléaire", tout en soulignant que c’est une technologie dont l’Allemagne en tant que première nation industrielle d'Europe, ne peut pas se passer pour le moment". Les normes de sécurité seront contrôlées de très près dans toutes les centrales nucléaires du pays. Elle s'est également félicitée de la décision des autres pays de l'Union européenne d'effectuer des tests de résistance de leurs centrales nucléaires aux tremblements de terre, raz-de-marée et attentats, affirmant que "la sécurité de l'énergie nucléaire n'est pas juste une question nationale, mais internationale".

Une technologie qui est encore un«  pont » vers un avenir dominé par les énergies renouvelables, «  c’est notre but » a souligné Angela Merkel qui a aussi promis d’accélérer la résolution du problème du stockage des déchets nucléaires radioactifs.

Auteur: Philippe Pognan
Editeur: Aude Gensbittel