1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

La Bundeswehr n'opérera pas dans le sud de l 'Afghanistan

Le ministre allemand de la Défense, Franz Josef Jung, a répondu négativement à une demande de Washington.

default

Franz Josef Jung

Dans une missive adressée à ses homologues de l’Alliance Atlantique, le Secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, demande 3.200 soldats supplémentaires pour renforcer les effectifs des 40.000 hommes de l’ISAF, la Force internationale d'Assistance à la Sécurité en Afghanistan. Des renforts qui devraient opérer dans tout le pays, également dans les zones réputées les plus dangereuses…

Cette demande du Secrétaire américain à la Défense Robert Gates intervient peu après celle déjà récemment adressée au ministre de la Défense à Berlin. Le ministre allemand Franz Josef Jung avait déjà été sollicité. La Bundeswehr, l’armée allemande devrait envoyer de 250 soldats d’élite pour prendre la relève des soldats norvégiens au sein de la Force d’Intervention Rapide. Une force de combat que l’OTAN ne veut pas seulement employer dans le seul nord de l’Afghanistan où sont déployées les forces allemandes avec leur QG à Masar el Shariff , une région relativement calme. Cette Force comme les renforts nouvellement requis devraient aussi opérer dans tout le pays, et particulièrement là où c’est une nécessité stratégique. L’ambassadeur britannique à Kaboul

Sherard Cowper-Coles relève :

» Les chiffres de l’OTAN montrent que 70 % des actes de violence se produisent dans 10% du territoire. Nous constatons une amélioration de la sécurité dans des zones où l’OTAN opère militairement, mais nous constatons également une augmentation des actes terroristes. Nous l’avons vu à Kaboul ; et nous l’avons vu dans certaines parties du sud afghan. »

Robert Gates souahite que ses homologues européens allègent le fardeau supporté par les forces américaines en envoyant troupes de combat et matériel aussi là où les taliban multiplient leurs attaques.

Le ministre allemand de la Défense, Franz Josef Jung a refusé ce vendredi tout engagement de la Bundeswehr dans le sud de l'Afghanistan. Selon lui, l’armée allemande assure pleinement le mandat voté par le Bundestag. Or, selon ce mandat voté par la Chambre basse du Parlement, l'Allemagne ne peut envoyer que 3.500 soldats dans le nord, où la situation est moins dangereuse. Le chargé des questions de défense au sein du groupe parlementaire du SPD le parti social démocrate allemand Rainer Arnold est conscient que le débat doit être mené en Allemagne sur ce qui attend les soldats allemands en Afghanistan :

» En Allemagne, nous avons toujours minimisé ce problème et les tâches à assumer en Afghanistan, parce qu’on croyait de manière erronée qu’il serait ainsi plus simple de convaincre la population. Mais c’est un problème qui refait surface périodiquement. Maintenant, le débat des trois dernières semaines à propos de la Force d’Intervention Rapide a eu l’effet positif que nous discutons plus ouvertement de ces questions. Mais la question fondamentale à savoir: quels risques l’Allemagne est- elle prête à prendre pour ses soldats, cette question là n’a pas encore été vraiment discutée. C’est un débat qui doit encore être mené en Allemagne. »

Les Etats-Unis eux, ont déjà déployé 29.000 soldats en Afghanistan et ils ont annoncé l’ envoi prochain de 3.200 "marines" supplémentaires dans la zone de conflit…

Au cas où l'Otan ne devait pas envoyer de renforts, le gouvernement du Canada a menacé de retirer ses 2.500 hommes d'Afghanistan au début de l'année prochaine. Lors d'une réunion ce mois - ci à Vilnius, les ministres de la Défense de l'Otan discuteront en détail des activités des troupes de l'Alliance en Afghanistan.