La bataille de Tripoli se poursuit | Afrique | DW | 23.08.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

La bataille de Tripoli se poursuit

De violents combats à la roquette et à l'artillerie lourde se déroulent à Tripoli autour de la résidence fortifiée de Bab al Aziziah, où l'on soupçonne que le colonel Khadafi a trouvé refuge.

Rebel fighters gesture and flash the V-sign in the Gorgi district of Tripoli, LIbya, Tuesday, Aug. 23, 2011. Fresh fighting erupted in Tripoli on Tuesday hours after Moammar Gadhafi's son turned up free to thwart Libyan rebel claims he had been captured, a move that seems to have energized forces still loyal to the embattled regime. (Foto:Sergey Ponomarev/AP/dapd)

L'avancée des rebelles libyens dans la capitale Tripoli, qu'ils ne contrôlent pas totalement

Les rebelles seraient même en vue de la porte de ce complexe. La résidence fortifiée est située non loin de l'hôtel Rixos, où se trouvent les journalistes étrangers. Celui-ci a été secoué mardi matin par une violente explosion, d'après des journalistes, qui les a obligés à se réfugier rapidement dans les sous-sol. L'eau et l'électricité sont d'ailleurs coupés dans l'hôtel.

Pendant ce temps, les avions de l'Otan survolent la capitale alors que de violents combats entre forces loyalistes et forces rebelles se déroulent dans d'autres quartiers. De gros nuages de fumée noire s'échappent au-dessus de Tripoli. Mais les forces loyales à Khadafi n'ont pas encore dit leur dernier mot : trois missiles Scud ont été tirés depuis les environs de Syrte, la ville d'origine du dirigeant libyen vers Misrata, contrôlée par les rebelles. Bref, dans cette confusion la seule chose sûre, c'est que le régime résiste encore.

Où est le colonel Kadhafi ?

Moammar Gadhafi's son, Seif al-Islam speaks outside of the Rixos hotel in Tripoli, Libya, Tuesday, Aug. 23, 2011. Al-Islam, who was earlier reported arrested by Libya's rebels, turned up early Tuesday morning at the hotel where foreign journalists stay in Tripoli, then took reporters in his convoy on a drive through the city. (Foto:Dario Lopez-Mills/AP/dapd)

La réapparition de Seif al Islam, que l'on croyait aux mains du CNT, a semé la confusion

Des sources diplomatiques affirment qu'il se trouve dans le gigantesque bunker contruit à l'intérieur de cette résidence fortifiée, mais officiellement personne n'en n'est sûr. Les informations sont de toutes manières à prendre avec beaucoup de prudence, comme l'a montré la confusion autour de l'arrestation des fils de Kadhafi. Le Conseil national de transition (CNT) avait en effet annoncé la prise de Seif al Islam. Or, dans la nuit, il est apparu tout sourire auprès des journalistes étrangers affirmant « Je suis là pour démentir le mensonges » en faisant le "V" de la victoire.

Un autre fils de Mouammar Kadhafi, Mohamed, dont la rébellion avait également annoncé la détention, s'est échappé, a indiqué un haut responsable des rebelles à Benghazi. Bref, autant de signes qui indiquent que les rebelles contrôlent une grande partie de Tripoli, mais pas toute la ville, ce que reconnaissent Paris et Londres. La bataille de Tripoli n'est pas encore gagnée, même si les grandes manœuvres diplomatiques de l'après-Kadhafi ont déjà débuté.

Auteur : Elisabeth Cadot
Edition : Georges Ibrahim Tounkara

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !