1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Dossier

La bataille de Tripoli a commencé

Les rebelles ont lancé l'opération sirène samedi soir avec le soutien de l'Otan. Objectif : assiéger Mouammar Kadhafi à Tripoli. Le régime assure que des milliers de soldats sont prêts à défendre la capitale.

default

Obtenir la capitulation ou le départ du colonel Mouammar Kadhafi, c'est là l'objectif de l'opération sirène déclenchée par les rebelles samedi et qui vise Tripoli et ses environs. De nombreux affrontements entre pro et anti-Kadhafi ont été signalés dans plusieurs quartiers de la ville, tandis qu'à Benghazi, bastion des insurgés, on se réjouissait du soulèvement en cours dans la capitale.

Libyen Bengasi Menschen feiern Nachricht Aufstand Tripolis

Samedi soir, à Benghazi : les gens fêtent le soulèvement de Tripoli

Omar Bani, porte-parole du Conseil national de transition - l'organe politique des rebelles - a reconnu qu'il n'était pas encore en mesure d'évaluer les forces de Kadhafi ou de dire combien de temps il pourrait encore rester au pouvoir mais "tôt ou tard, a-il déclaré, sa chute viendra". Ahmed Jibril, autre représentant du CNT, a quant à lui annoncé que l'opération sirène était prévue pour durer plusieurs jours. Les rebelles prévoient deux scénarios. Dans le premier cas, Mouammar Kadhafi capitule. Dans le deuxième, il s'échappe de Tripoli pour trouver refuge dans une autre ville du pays ou à l'étranger.

Mouammar Kadhafi appelle ses partisans à résister

Libyen Seif Al Islam Siegessicher

Saïf al Islam, l'un des fils de Kadhafi, a invité la rébellion au dialogue

Le mystère plane justement concernant le colonel lui même. L'agence de presse dpa a affirmé que Mouammar Kadhafi et sa famille étaient déjà en fuite et se trouvaient à proximité de la frontière algérienne. L'information n'a cependant pas été confirmée par l'opposition libyenne. Samedi soir, la Télévision d'Etat a diffusé un message audio du Guide libyen dans lequel il exhorte une nouvelle fois ses partisans à "marcher par millions" pour "libérer les villes détruites". Dimanche matin, c'est un message de Saïf al-Islam, l'un des fils du dirigeant, qui a été diffusé par la chaîne officielle. Lui aussi a affirmé que le régime "n'abandonnerait pas la bataille". Enfin, Moussa Ibrahim, porte-parole du régime a déclaré que des milliers de soldats professionnels et des milliers de volontaires étaient là pour proteger la capitale.

Les insurgés gagnent de nouveaux soutiens

La rébellion a gagné un soutien de poids en la personne d'Abdessalem Jalloud, ancien numéro deux du régime. Premier ministre de Mouammar Kadhafi dans les années 70, il est tombé en disgrâce dans les années 90 mais jouit aujourd'hui encore d'une grande popularité au sein de la population. Selon le minsitre italien de la Défense, il se trouverait actuellement en Italie. Sans plus de précision, la chaine de télévision Al-Jazira a diffusé une déclaration dans laquelle Abdessalem Jallou appelle la tribu de Kadhafi à renier ce "tyran" et les habitants de Tripoli à se soulever massivement.

Grenzgebiet zischen Tunesien und Libyen

A la frontière entre la Tunisie et la Libye

Autre signe positif pour les rebelles : Tunis a reconnu le CNT comme représentant légitime du peuple libyen. Depuis le début du conflit, il y a six mois, la Tunisie est un pays clef pour les insurgés, même si le gouvernement a toujours observé une neutralité prudente vis-à-vis des pro et des anti-Kadhafi. La Tunisie accueille actuellement environ 100.000 réfugiés libyens. De nombreux responsables ont aussi transité par ce pays pour se rendre sur l'île de Djerba. C'est là que se déroulent depuis plusieurs semaines des tractations entre membre du régime et membres de la rébellion.

Ailleurs à l'étranger, de nombreuses capitales se sont félicité des derniers développements en Libye. La tragédie de ce conflit touche à sa fin, a estimé Rome tandis que Londres a jugé que le pays se trouvait à un moment "extraordinairement crucial".

Auteur : Konstanze von Kotze avec AFP et DPA
Edition : Moulay Abdel Aziz

La rédaction vous recommande