1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

L'Aïd, le moment pour parler d'islam

Ce lundi, les musulmans ont célébré l'Aïd el-Kébir, "la fête du sacrifice" qui commémore le sacrifice d'Ibrahim. En France, des musulmanes témoignent après un été où a dominé la polémique sur le burkini.

La célébration de l'Aïd el-Kébir intervient en France dans un contexte où le pays s'agite autour de l'interdiction ou non du burkini sur les plages. Islam, terrorisme, soumission se confondent trop souvent dans les esprits. Un rapprochement que Méliana, 24 ans, étudiante en droit, déplore qu'en "tant que jeune Française musulmane, je trouve qu'en France il est de plus en plus difficile de vivre sa religion, bien que l'on soit dans une République laïque, où la religion tient justement une place de l'ordre du privé. Je trouve que la stigmatisation qui est faite nous fait sentir l'écart et justement le fossé, qu'on essaie de mettre entre nous et la société."

Partager et communiquer

Pour les musulmans de France, l'Aïd est l'occasion de briser toutes les idées reçues, en invitant des non-musulmans à partager un repas par exemple. Pour Nassima, 24 ans, c'est surtout la communication qui est importante. Selon elle, ces polémiques poussent les citoyens non-musulmans à s'interroger et c'est une bonne chose,

car cela permet de se rendre compte que les difficultés de cohabitation ne sont finalement qu'un manque de connaissance: "ces questions ont été soulevées au travail la semaine dernière. On m'a demandé si lundi j'allais apporter des gâteaux, comme je l'avais fait pour rompre le jeûne du mois de juillet. J'ai donc expliqué les différences qu'ils y avaient entre les deux fêtes. Pour moi cela a été une immense satisfaction, moi musulmane, que de défendre ma religion qui est très belle".

Les jeunes femmes souhaitent que le climat s'améliore et surtout que les valeurs de la République soient mises en application: "en tant que musulmane, en tant que Française, je pense avant tout en tant qu'humaniste en ce jour de fête, bien sûr, on aspire vraiment à un climat beaucoup moins tendu et à une fraternité qui n'a de valeur aujourd'hui que la devise !"

Preuve que le sujet est sensible, il nous a été difficile de recueillir des réactions. Nos interlocuteurs disent avoir peur que leurs propos fassent l'objet d'une autre interprétation.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !