1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Dossier spécial

L'érosion côtière au Sénégal

Cette semaine, nous vous proposons une série spéciale sur le changement climatique, en amont de la conférence COP21 qui doit se tenir à Paris en décembre 2015.

Saly Strand Senegal

De plus en plus de plages du Sénégal menaces par l'érosion

Aujourd'hui, nous nous penchons sur l'érosion du littoral qui se traduit par l'avancée de la mer sur les terres; un phénomène d'origine naturelle, aux causes multiples et qui, jusqu'à récemment, se régulait de lui-même. Mais avec l'élévation du niveau de la mer due au réchauffement de la planète, l'érosion s'est accélérée. Avec ses 700 kilomètres de côtes, le Sénégal est particulièrement exposé.

Plastikmüll am Strand im Senegal

L'érosion mais aussi la pollution menacent les côtes. (Ici à Ngor)

Nous sommes à une vingtaine de kilomètres au sud de Dakar. La Petite Côte - autrefois un paysage de carte postale. Aujourd'hui une zone frappée par l'érosion côtière. Un cauchemar pour les villageois qui voient leur habitat de plus en plus menacé. Saliou Ndoye travaille au cimetière de Rufisque - ou du moins ce qu'il en reste : en 2007, l'endroit a été en partie submergé par les flots.

Senegal Fisch Fischer Meer Flash-Galerie

Pêcheurs à Petite Côte

"Le rituel funéraire est pour nous un moment très fort de recueillement. Se réveiller un jour et savoir que ce n'est plus possible, c'est très dur"

Outre le fait qu'elle dérange les morts, l'érosion côtière a également un impact économique important sur la Petite Côte, destination touristique prisée du Sénégal. Ce propriétaire d'hôtel est bien placé pour le savoir :

Bungalows Lamantin Beach Hotel in Saly Senegal

Beach Hotel à Saly

"Le touriste qui achète du balnéaire, qui arrive et qui ne peut avoir de plage, au retour de son pays, il porte plainte. C'est pour ça, vous voyez bien que les hôtels se dégradent. Parce qu'il n'y a plus de clients. Il n'y a plus rien. Et c'est un phénomène qui est là. Y'a pas besoin de dire à long terme. Non, on est arrivé à bout. "

Le gouvernement sénégalais est bien sûr au courant du problème. Mais la lutte contre l'érosion coûte cher. A Rufisque par exemple, les autorités ont dépensé 4,5 millions d'euros pour la construction d'une digue artificielle, sans garantie toutefois de résultats sur le long terme. Les spécialistes estiment eux que l'érosion étant un phénomène naturelle, la solution la plus efficace est de s'allier avec la nature. Autrement dit, d'interdire toute construction sur le littoral; de conserver, voire de restaurer les infrastructures naturelles qui permettent de protéger les côtes; et d'impliquer davantage les professionnels du tourisme dans la recherche de solutions.