Karlheinz Schreiber : coup d′envoi d′un procès médiatisé | Allemagne | DW | 18.01.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Karlheinz Schreiber : coup d'envoi d'un procès médiatisé

Le marchand d'armes germano-canadien rejette les accusations du parquet d'Augsbourg. Il est accusé de fraude fiscale et de complicité de corruption. Le contexte : l'affaire des caisses noires de la CDU.

default

Coup d'envoi d'un procès très médiatisé en Allemagne. Celui du marchand d'armes germano-canadien Karlheinz Schreiber, qui comparaît devant la justice d'Augsbourg, dans le sud de l'Allemagne, pour fraude fiscale et complicité de corruption. Le contexte : l'affaire des caisses noires qui a fait trembler l'Allemagne dans les années 90.

Helmut Kohl et les caisses noires de la CDU

Il s'agit de l'une des plus grosses affaires de corruption de l'histoire allemande : un scandale qui a montré la face cachée du financement du parti chrétien-démocrate, le parti dirigé aujourd'hui par la chancelière Angela Merkel. De 1973 à 1998, la CDU était dirigée par Helmut Kohl, qui a assuré les fonctions de chancelier pendant seize ans.

Altkanzler Helmut Kohl Feierstunde der Konrad-Adenauer-Stiftung

La réputation d'Helmut Kohl a été entachée par le scandale des caisses noires de la CDU

A la fin des années 1990, les Allemands découvrent que des responsables de la CDU ont porté des valises de billets sans connaître l'origine et la destination des fonds. L'affaire éclate lorsque Karlheinz Schreiber avoue avoir fait "un don" d'un million de deutschemarks au parti chrétien-démocrate, dans le cadre d'une vente de blindés à l'Arabie saoudite lors de la guerre du Golfe.

Une fraude de plus de 12 millions d'euros

Deutschland Kanada Karlheinz Schreiber in Augsburg

Karlheinz Schreiber en route pour la prison d'Augsbourg, le 3 août 2009

Ce marchand d'armes, qui a la double nationalité, allemande et canadienne, est arrêté au Canada en 1999, à la demande de Berlin. Rapidement libéré, il est extradé vers l'Allemagne au mois d'août dernier. Après une longue enquête, le parquet d'Augsbourg l'accuse aujourd'hui d'avoir fraudé le fisc de plus de 12 millions d'euros. Quant au chef d'accusation de complicité de corruption, il est question de plusieurs millions de deutschemarks que Karlheinz Schreiber aurait versés au début des années 90 à plusieurs personnes haut placées de la CDU. Le marchand d'armes risque jusqu'à quinze ans de prison.

La chancelière Angela Merkel ne devrait pas pâtir à titre personnel de ce procès Schreiber. Elle avait pris en effet ses distances avec Helmut Kohl au moment de l'affaire des caisses noires.

Auteur : Carine Debrabandère
Rédaction : Anne Le Touzé