1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Kabila peut compter sur Condé et Ouattara

Le 29ème sommet de l'UA s'est achevé à Addis Abeba par un succès diplomatique pour le président congolais, Joseph Kabila. Il a reçu le soutien de ses homologues africains face aux sanctions de l'Union européenne.

Écouter l'audio 02:09

"Nous ne sommes pas le seul pays à faire face à ces prétentions impériales" (Lambert Mende)

Le pari a été gagné par Joseph Kabila qui a obtenu le soutien unanime de l'Union africaine contre les sanctions européennes, à la grande satisfaction du porte-parole du gouvernement, Lambert Mendé Omalanga:

"Nous pensons que la solidarité entre les États africains face à certaines prétentions impériales de l’UE est tout à fait naturelle. Nous ne pouvons pas considérer cela a priori comme une victoire. C’est le contraire qui nous aurait profondément choqués. Parce que nous ne sommes pas le seul pays à faire face à ces prétentions impériales. Il est normal que nous puissions préparer un tel sommet en amont par des échanges entre nous. Nous avons envoyé des émissaires auprès de certains présidents africains, des présidents africains nous ont aussi envoyé des émissaires. Nous avons eu des échanges avec les uns et les autres par rapport aux problèmes qui constituent chacun ses priorités."

Sur qui Joseph Kabila peut-il compter dans cette croisade anti-occident? Voici la réponse du politologue congolais Charis Basoko :

"Il peut compter sur le président de la Guinée, Alpha Condé, qui a manifesté son soutien dernièrement à Genève lors des travaux de la commission des droits de l'Homme de l'Onu. En même temps, il y a les caciques de l'UA, comme Alassane Dramane Ouattara et c'est l'une des premières démarches qu'il a mené une fois qu'il est arrivé à Addis-Abeba. C'est-à-dire rencontrer le président ivoirien. Evidemment, le vieux Robert Gabriel Mugabe. Son allié traditionnel qu'est l'Angola semble un peu plus difficile à convaincre et puis d'autres pays tels que le Rwanda."

Acculé, le président congolais n'avait pas d'autre choix que de solliciter le soutien de ses pairs africains. Depuis le début de l'année, Joseph Kabila a dépêché plusieurs émissaires dans les principales capitales africaines. Lui-même s'était rendu personnellement en avril dernier en Egypte, puis, fin juin, en Afrique du Sud.

Cependant, ce soutien de principe affiché de l'Union africaine au numéro un congolais risque d'être un coup d'épée dans l'eau, préviennent des analystes. Car plusieurs alliés stratégiques de Kabila comme l'Angola ou l'Afrique du sud sont embarrassés par l'évolution de la situation en RDC et ont d'ailleurs commencé à prendre leurs distances avec Kinshasa.

 

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !