Juge et parti(e)s... | Vu d′Allemagne | DW | 15.03.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Juge et parti(e)s...

La presse d'aujourd'hui revient sur la dissolution inattendue hier du parlement régional de Rhénanie du Nord-Westphalie, ainsi que sur le jugement de la CPI de la Haye envers le chef de milice congolais Thomas Lubanga.

Thomas Lubanga a été convaincu de crimes de guerre

Thomas Lubanga a été convaincu de crimes de guerre

Ce jugement de la Haye montre clairement à tous les criminels du monde, imbus de leur impunité, qu'ils devront tôt ou tard rendre des comptes, lance la Frankfurter Rundschau. Il sauve, par ailleurs, la réputation de ce tribunal qui a mis 10 ans avant de rendre son premier jugement. Celui-ci peut être interprété en outre comme un reproche clair adressé à tous ceux qui boycottent cette cour internationale, comme les USA, la Chine, le Soudan ou Israël, par crainte de voir certains de leurs ressortissants assignés et condamnés. Tout le monde sait qu'ils ont de bonnes raisons pour cela.

Gebäude des Internationalen Strafgerichtshof in Den Haag

La CPI a démontré la nécessité de son existence

Ce premier procès a été un galop d'essai, analyse la Süddeutsche Zeitung. Désormais, les plâtres sont essuyés et lorsque madame Fatou Bensouda, le Procureur Général de la cour, prendra ses fonctions en juin prochain, la sérénité aura trouvé sa place. Et peut-être aussi une rigueur dans l'élaboration des dossiers qui correspondrait enfin à la valeur intrinsèque de cette Cour Pénale Internationale.

Les journaux allemands reviennent aussi sur la dissolution du parlement régional de Düsseldorf, entraînant des élections législatives anticipées dans le Land le plus peuplé d'Allemagne, un test pour beaucoup dans la perspective des législatives fédérales de l'an prochain.

L'importance de cette élection régionale, explique la Frankfurter Allgemeine Zeitung, réside dans le fait qu'elle déterminera soit le futur partenaire de coalition du gouvernement de Berlin, soit la fin du règne d'Angela Merkel. Si les chrétiens-démocrates l'emportent, leur partenaire de coalition, les Verts ou les sociaux-démocrates, sera sans conteste celui d'Angela Merkel à Berlin lors des législatives fédérales de l'an prochain. Si les sociaux-démocrates l'emportent à Düsseldorf, avec l'aide des Verts voire avec le parti des Pirates, le SPD devra très vite s'entendre sur un candidat pour affronter la chancelière.

Neuwahlen NRW Landtag

Hannelore Kraft (à dr.) sera-t-elle la prochaine chancelière ?

En termes de politique intérieure et européenne, Angela Merkel perdra alors beaucoup de son poids, surtout si François Hollande, le candidat socialiste à présidentielle française, devait l'emporter à Paris.

C'est la fin d'une expérience politique intelligente, souligne die Tageszeitung. Contrairement au scepticisme propagé dans le monde politique allemand à son encontre, ce gouvernement minoritaire s'est avéré performant et a su gagner différents partenaires à sa cause sur les nombreux dossiers traités. Comme les sondages lui prédisent la majorité lors du scrutin anticipée de mai prochain, le SPD a tout à gagner dans cette affaire. Et le quotidien de Berlin ajoute : et pourquoi Hannelore Kraft ne serait-elle pas alors la candidate des sociaux-démocrates à la chancellerie ?

Auteur : Christophe Lascombes
Édition : Yann Durand

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !