1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Joute verbale entre Donald Trump et la Corée du Nord

La brusque escalade rhétorique entre les États-Unis et la Corée du Nord inquiète la communauté internationale qui redoute un conflit armé entre deux puissances nucléaires.

L'Allemagne mais aussi la France et la Chine ont appelé à une solution "pacifiée" alors que le leader nord-coréen a menacé de bombarder la base militaire américaine de Guam dans le Pacifique.

La tension est accrue par le fait que des experts américains affirment que Pyongyang est en mesure désormais d'armer ses missiles de têtes nucléaires miniaturisées.

Un récent rapport publié par les services de renseignements américains et dont le Washington Post s'est fait l'écho a de quoi inquiéter la communauté internationale.

D'après ce rapport, la Corée du Nord maitriserait la technique qui vise à mettre en place des têtes nucléaires miniaturisées sur des missiles balistiques, une étape essentielle pour revendiquer le statut de puissance nucléaire.  

D'après les services de renseignements américains toujours, la Corée du Nord disposerait de soixante têtes nucléaires mais le même article du Washington Post rappelle que des experts indépendants estime que le nombre réel est plus réduit.

L'arsenal nord-coréen

La majeure partie de l'arsenal brandi par Pyongyang est d'origine soviétique comme les missiles Scud à courte portée, achetés aux Egyptiens dans les années 1980. Mais l'obtention de la technologie intercontinentale par le régime nord-coréen pourrait changer la donne.

Ainsi, les missiles nord-coréens pourraient atteindre le territoire américain ou menacer les bases militaires américaines à l'étranger, comme celle de l'île de Guam dans l'Océan Pacifique.  Cette évolution vers un scénario catastrophe ne semble pas étonner Zhang Liangui, Professeur à l'Ecole des hautes études du parti communiste chinois. 

"Les menaces en provenance de la Corée du Nord ne sont pas surprenantes", explique-t-il. "Ça a toujours été la même rhétorique. Mais après deux essais de missiles intercontinentaux en juillet et les cinq autres tests nucléaires, le régime de Pyongyang pense peut-être qu'il dispose maintenant d'une capacité nucléaire à même de menacer la sécurité des Etats-Unis. Cette nouvelle donne embarrasse bien entendu les Etats-Unis et leurs alliés."

Sévère mise en garde de Washington

Le président américain Donald Trump a affirmé hier que "la Corée du Nord ferait mieux de ne plus proférer de menaces envers les Etats-Unis". Les menaces, si elles continuaient, a-t-il poursuivi, "se heurteront au feu et à la colère, comme le monde ne l’a jamais vu jusqu’ici."


Les menaces de Trump faisaient suite à celles de Pyongyang de porter le feu nucléaire jusque sur le sol des Etats-Unis. La Chine, principal pays allié du régime de Kim Jong-Un, a appelé les parties "à faire encore plus d'efforts pour encourager une résolution du conflit par le dialogue".

Zhang Liangui rappelle que Pékin, qui bénéficie encore d'une grande influence sur Pyongyang, ne laissera jamais un conflit nucléaire exploser à sa frontière. 

"En tant que pays voisin direct de la Corée du Nord, la Chine ne va jamais laisser les Etats-Unis et la Corée du Nord se lancer des armes nucléaires devant sa porte. Pour le gouvernement chinois, la sécurité reste la principale priorité." 

A ce stade, l'hypothèse d'une attaque aérienne ou encore informatique des installations nucléaires nord-coréennes font sans doute partie des solutions envisagées par le Pentagone pour sortir de la crise. Mais la réaction imprévisible de Kim Jong-Un laisse planer un grand doute sur l'issue d'un pareil scénario.

Liens

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !