1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Joseph Mukungubila brièvement arrêté en Afrique du Sud

Le pasteur Joseph Mukungubila Mutombo a été arrêté en Afrique du Sud, puis relâché sous caution. En décembre, des hommes qui se revendiquaient comme ses fidèles avaient mené des attaques dans plusieurs villes en RDC.

Les soldats congolais étaient intervenus pour mettre fin aux attaques du 30 décembre

Les soldats congolais étaient intervenus pour mettre fin aux attaques du 30 décembre

Le pasteur, que Kinshasa tient pour responsable de ces actes, était depuis janvier en Afrique du sud. Suite aux attaques de décembre auxquelles son nom était associé, il avait fait une demande d'asile dans le pays où il vit avec sa famille. Selon son avocat, c'est chez lui dans la banlieue sud de Johannesburg qu'il a été interpellé. Après une audience devant le tribunal d'instance de Johannesburg, il a été remis en liberté sous caution.

Kinshasa attend l'extradition

Joseph Mukungubila Mutombo a de nouveau rendez-vous avec le juge le 15 juillet. Les autorités congolaises espèrent à terme une extradition du pasteur vers la RDC. Ce qui pourrait permettre de faire la lumière sur les attaques de décembre. Des attaques coordonnées ayant visé Lubumbashi et Kindu, mais aussi la radio-télévision, le ministère de la Défense et l'aéroport à Kinshasa. Selon Lambert Mendé, le porte-parole du gouvernement, il ne fait aucun doute que Joseph Mukungubila est impliqué dans l'affaire :

« C'est nous qui avons demandé qu'il soit arrêté, c'est nous qui avons signalé qu'il est là-bas. Non seulement il est responsable, mais il a lui-même revendiqué ces événements. C'est le principal auteur, donc s'il est là, je pense que nous aurons une accélération du processus. Les enquêtes conduisent à ce monsieur, donc s'il est extradé cela va booster l'enquête et la procédure. »

Selon le gouvernement congolais, les violences lors des attaques auraient fait une centaine de morts

Selon le gouvernement congolais, les violences lors des attaques auraient fait une centaine de morts

Selon le gouvernement congolais, une centaine de personnes auraient péri dans les violences de décembre, interprétées en RDC comme une tentative de coup d'Etat contre le président Joseph Kabila.

Plusieurs mois après les faits, certains restent toujours perplexes en ce qui concerne cette affaire et la personnalité même du pasteur. Joseph Mukungubila s'est en effet autoproclamé prophète depuis de nombreuses années. Il était entre autres contre la rébellion du M23, mais il est également hostile au pouvoir de Kinshasa et en particulier au président Joseph Kabila, qu'il accuse d'être d'origine rwandaise.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !