1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

JO 2016 : La Russie toujours pas fixée sur son sort

Suite à l'accablant rapport Mc Laren, le Comité international olympique, réuni en urgence le mardi 19 juillet 2016, n’a pas pu se décider sur une sanction à administrer aux athlètes russes accusés de dopage.

Brasilien Olympische Spiele Logo in Rio

Le logo officiel des JO Rio 2016

À seize jours du coup d'envoi des JO-2016, la Russie ne sait toujours pas si ses sportifs seront à Rio. Le monde du sport international est très silencieux - après le concert d'indignation suscité par l'accablant rapport McLaren, qui a mis en évidence le dopage d'Etat organisé par la Russie de 2011 à 2015. La très attendue réunion d'urgence de la Commission exécutive du CIO n'a finalement pas tranché la question de la participation des sportifs russes aux Jeux de Rio, qui se dérouleront du 5 au 21 août prochain. Le CIO veut encore examiner tous les scénarii possible, c'est-à-dire les options juridiques à disposition, entre sanction collective par l'interdiction pour tous les athlètes russes de participer aux jeux Olympiques 2016 et droit à la justice individuelle.

Rendez-vous à été donné à demain, jeudi 21 juillet 2016, où il y devrait y voir plus d’éclaircissements, grâce a l’appui du Tribunal arbitral du sport (TAS). Un Russe au moins est certain de ne pas aller aux Jeux de Rio: le ministre des Sports Vitali Moutko, puisque sa sanction est jusqu’ici la seule décision connue du CIO.

Le Tribunal arbitral appelé au secours par les athlètes russes

Yelena Isinbayeva, Jelena Issinbajewa Leichtathletik-WM Moskau

Yelena Isinbayeva

68 athlètes crient à l’injustice. À leur tête, la tsarine du saut à la perche Yelena Isinbayeva qui a été auditionnée par le Tribunal arbitral du sport le mardi 16 juillet 2016, à Lausanne. La double championne olympique et porte-parole des 67 autres athlètes russes qui se disent victimes d'une injustice, compte bien aller défendre son titre à Rio. Le TAS doit décider si l'exclusion collective prononcée le 17 juin par l'IAAF, est conforme aux règles de l'IAAF elle-même, à celles du Code mondial antidopage et à la Charte olympique.

En outre, l'admission de chaque athlète russe devra être décidée par la Fédération internationale dont il dépend, sur la base de l'analyse individuelle des contrôles antidopage auxquels il s'est soumis au niveau international, précise le Comité international olympique, excluant par ailleurs la présomption d’innocence pour les athlètes russes.

Rio 2016 : une nageuse pour la Libye

Daniah Hagul, 17 ans, sera la première femme à nager pour la Libye aux Jeux olympiques depuis la chute de Mouammar Kadhafi. La natation est loin d'être le sport préféré des Libyens, plus intéressés par le football. Et c’est encore moins celui des Libyennes, qui hésitent à se mettre en maillot de bain en public. Piscines et clubs de natation sont quasi inexistants dans cet Etat, déchiré par les conflits depuis la chute de l’ancien dictateur en 2011. "Ce sera un honneur et un privilège pour moi de représenter mon pays à Rio (...) et je m'y prépare en travaillant dur", confiait récemment Daniah à l’Agence France Presse. Pour une première participation à des Jeux Olympiques, elle se frottera aux épreuves du 100 mètres brasse.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !