Japon : au suivant ! | International | DW | 26.08.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Japon : au suivant !

Le poste de Premier ministre semble décidément maudit au Japon. Critiqué pour sa gestion de la crise lors de la catastrophe nucléaire de Fukushima en mars dernier, Naoto Kan a annoncé qu’il quittait le pouvoir.

default

Cinquième Premier ministre à démissionner en cinq ans

Un an et deux mois, il s'agit presque d'un record pour un Premier ministre japonais. Depuis le départ de Junichiro Koizumi en 2006 après cinq ans de mandat, la durée de vie politique moyenne des chefs du gouvernement était d'un an maximum. La démission de Naoto Kan n'est pas une surprise. Après une motion de défiance au parlement le 2 juin dernier, il avait déjà promis de céder sa place, dès que trois grands projets de lois seraient adoptés, notamment sur les énergies renouvelables. C'est le cas aujourd'hui. Naoto Kan :

Japan nach dem Erdbeben und Tsunami

Le séisme et le tsunami du 11 mars ont fait de nombreuses victimes et de grands dégâts

« Aujourd'hui, toutes les lois importantes ont été votées. Conformément à ce que j'avais annoncé, je démissionne de mon poste de président du parti. »

Dette publique colossale et économie fortement dépendante des exportations, le Japon ne manquait déjà pas de problèmes quand un puissant séisme et un tsunami se sont abattus sur le nord-est du pays le 11 mars dernier, provoquant un grave accident à la centrale nucléaire de Fukushima. C'est surtout sa gestion de la crise, jugée faible et hésitante, qui aura provoqué la chute du Premier ministre. Naoto Kan estime pourtant avoir fait de son mieux :

« Cela tient peut-être à mon caractère optimiste, mais je pense que j'ai fait tout ce que je devais faire et dans ces conditions difficiles, tout ce qu'il m'était possible de faire. »

Japan Atomkraftwerk Fukushima Rauch 21.03.2011

Fukushima représente la plus grave catastrophe nucléaire depuis Tchernobyl en 1986

Sa promesse de faire sortir le pays de l'énergie nucléaire a certes fait remonter la popularité du Premier ministre auprès de la population, mais pas suffisamment pour rester en poste. Naoto Kan abandonne d'abord ses fonctions de président du Parti Démocrate et dès qu'un successeur sera désigné, celles de chef de gouvernement. Le Japon devrait avoir un nouveau Premier ministre dès mardi prochain.

L'agence de notation américaine Moody's a fait baissé d'un cran la note de la dette souveraine japonaise, invoquant notamment l'instabilité politique dans le pays.


Auteur : Aude Gensbittel
Edition : Sandrine Blanchard

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !