1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Israël vote

Les Israéliens élisaient leurs députés mardi lors d'un vote à suspense qui dira s'ils veulent la continuité avec le conservateur Benjamin Netanyahu ou un changement de politique et un nouveau départ pour Israël.

Israel Wahlen 2015 Benjamin Netanyahu Wahlurne Stimmzettel

Benjamin Netanyahou vote

On ne peut souhaiter à Israel qu'un changement à sa tête, estime l'éditorialiste du quotidien Handelsblatt. Netanyahou a très longtemps influencé la politique israélienne. Un quart de siècle durant, il a été ministre des Finances et ministre des Affaires étrangères, puissant chef de l'opposition et au cours des six dernières années Premier ministre. Qu'un seul homme domine aussi longtemps la politique d'un Etat démocratique n'est pas sain, et même dangereux. Des années durant, Netanyahou a omis de prendre les problèmes économiques au sérieux, critique le quotidien Handelsblatt. Conséquences entre autres: manque de logements, prix immobiliers exorbitants, cherté de la vie …"

La taz, die tageszeitung de Berlin éclaire un autre aspect: "En Israel vivent environ 1,5 million de Palestiniens.

Israel Jerusalem Ayman Odeh Spitzenkandidat Arabische Liste

Ayman Odeh, candidat de la Liste arabe

Ils sont aujourd'hui des citoyens israéliens à part entière, et représentent 20% de la population de l'Etat hébreu. Mais ils font malgré tout l'objet de discriminations. Leurs communes reçoivent par exemple moins d‘1% du budget de l‘Etat pour la culture ou l'agriculture. Pour la première fois une liste de partis pourrait représenter l'ensemble de la minorité arabo-palestinienne en Israel. Minorité arabo-palestinienne qui devrait à l'avenir jouer un rôle plus important à la Knesset et peut-être même devenir le troisième plus grand parti. L'éditorialiste de la taz estime que cela pourrait être le début d'un engagement renouvelé de la part de cette minorité dans les affaires concernant Israël dans son ensemble…"

Autre thème : la situation en Syrie

Les journaux commentent l'initiative américaine formulée par le Secrétaire d'Etat américain John Kerry qui parle d'entamer des négociations de paix avec Damas, même si c'est sans contact direct avec le président Bachar al Assad…

US Außenminister Kerry in Scharm El-Scheich

Le Secrétaire d'Etat américain John Kerry plaide pour le dialogue avec le régime syrien à Damas

"Peu à peu le barrage cède, constate le quotidien de Francfort Frankfurter Allgemeine Zeitung. D'abord des représentants du gouvernement américain et du régime syrien ont négocié discrètement dans des endroits secrets; et maintenant le ministre américain des Affaires Etrangères John Kerry parle ouvertement de ce qui jusqu'ici était un tabou: à savoir qu'une solution militaire de la guerre en Syrie n'est toujours pas en vue et qu'une solution politique, qui est aussi la condition pour un succès contre l'organisation de "L'Etat Islamique" ne peut être obtenu qu'avec le potentat syrien Bachar al Assad.

Syrien Duma Luftangriffe 27.1.2015

Une rue de la banlieue de Damas fin janvier 2015

Ses troupes sont indispensables si l'on veut venir à bout de la milice de "L'Etat Islamique" . Au moins John Kerry est honnête ;les gouvernements à Paris et Londres eux dissimulent leur échec en continuant de cacher la tête dans le sable et de souhaiter la chute d'Assad, une chute qui n'arrivera pas, conlut la FAZ!"

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !