1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Israël en guerre contre le Hamas

Des photos de Gaza sous les bombes font la Une de tous les journaux allemands ce lundi. Les éditorialistes commentent la "guerre d'Israël contre le Hamas".

default

Les raids israéliens sur les infrastructures du Hamas ont déjà tué plus de 300 personnes et fait près d'un millier de blessés.

Pour la Frankfurter Allgemeine Zeitung, la situation au Proche-Orient est comme l'hydre légendaire à qui repoussent deux têtes lorsqu'on lui en coupe une. Le ministre israélien de la Défense, Ehud Barack, justifie l'intervention israélienne par les tirs incessants du Hamas sur l'Etat hébreu. Le Hamas, de son côté, dit que ces tirs répondent à "l'asphyxie" économique de la bande de Gaza par Israël. Les deux parties savent parfaitement que les moyens qu'elles emploient ne sont en aucun cas une solution à leurs problèmes. Si on n'arrive pas rapidement à une médiation durable entre Israël et le Hamas, écrit le journal, on peut s'attendre à une nouvelle année sanglante au Proche-Orient.

Die Welt prend clairement position pour Israël. Certes, les images du bombardement de Gaza, avec ses femmes en pleurs et ses hommes en fuite, quelques jours après Noël, sont révoltantes pour beaucoup de gens parce que chaque mort est un mort de trop. Mais l'Etat hébreu ne pouvait pas faire autrement. Il lui fallait agir vite et fort. D'ailleurs, précise le journal, Israël n'a pas visé des civils, mais des installations pseudo-étatiques d'une enclave contrôlée par un Hamas qui ne réussit même pas à nourrir sa population. De l'autre côté, les roquettes financées par l'Iran n'ont pas attendu Noël pour s'abattre sur le territoire israélien. La force d'Israël est son salut, conclut Die Welt.

Gaza Angriff Israel

Les opérations militaires d'Israël fournissent sa raison de vivre au Hamas depuis sa création en 1987, analyse la Süddeutsche Zeitung. L'équation est simple : s'il y avait paix et prospérité dans la bande de Gaza, le mouvement palestinien n'y serait pas aussi puissant. La population ne suivrait pas ces islamistes moyen-âgeux, mais ferait des projets d'avenir. Au lieu de bombarder le Hamas, poursuit le journal, Israël aurait intérêt à le prendre dans ses filets comme il l'a fait avec les brigades des martyrs d'al-Aqsa : en intégrant la branche armée du Fatah dans un processus politique, l'Etat hébreu a rendu superflue son action violente. Les terroristes d'hier ont rendu les armes et sont aujourd'hui membres des forces de sécurité palestiniennes régulières. Pour la Süddeutsche Zeitung, c'est un concept que l'on pourrait tenter avec le Hamas.

Depuis le putsch militaire du Hamas à l'été 2006, écrit la tageszeitung, Israël, l'Europe et les Etats-Unis ont parié sur l'isolement de la bande de Gaza pour mettre à genoux le mouvement islamiste. Ceci n'a pas fonctionné. La reconquête du pouvoir par un Fatah réarmé s'est également avéré une illusion. Depuis le début de l'année, poursuit le journal, il était donc clair que seule l'armée israélienne pourrait renverser le régime du Hamas. C'est ce qui est en train de se passer, avec l'aval plus ou moins tacite de la communauté internationale. Un Hamas à terre militairement et politiquement, une bande de Gaza plongée dans le chaos et la misère pourraient en effet conduire à des élections anticipées dans les territoires palestiniens et ramener le Fatah au pouvoir, ce qui simplifierait considérablement les choses pour une nouvelle initiative de paix américaine au Proche-Orient. Le prix de ce calcul politique, conclut la taz, ce sont les Palestiniens de la bande de Gaza qui le payent avec leur sang.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !