1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Irak : élections sur fond de violences

Alors que les attentats et les violences interconfessionnelles se sont multipliés ces dernières semaines, 20 millions d'électeurs Irakiens étaient appelés aux urnes pour élire leurs députés.

default

Une électrice à Bagdad

Ces élections législatives sont les premières depuis le départ des forces armées américaines d'Irak à la fin 2011. Plus de 9.000 candidats figurent sur les listes électorales pour 328 sièges de députés.

Les bureaux de vote ont ouvert ce matin dès 7 heures. En Irak, il faut un certain courage pour se rendre aux urnes alors que les violences quasi quotidiennes entre chiites et sunnites ont fait plus de 2.000 morts rien que depuis le début de l'année. Toutefois la participation semble assez élevée. Le Premier ministre Nouri al Maliki , -un chiite qui brigue un troisième mandat- a été l'un des premiers à voter, dans la "zone verte", le quartier fortifié de Bagdad. Il a appelé les Irakiens à remplir leur devoir civique: "J'invite le peuple irakien à se rendre aux urnes en grand nombre pour adresser un message dissuasif aux terroristes et leur infliger une gifle.“

Le Premier ministre sortant en train de mettre son bulletin dans l'urne

Le Premier ministre sortant en train de mettre son bulletin dans l'urne

D'importantes forces de sécurité ont été déployées pour prévenir tout attentat et une interdiction de circuler en voiture a même été imposée à Bagdad. Cependant, ce mercredi n'a pas été une exception avec son lot d'obus de mortier et de bombes. A l'entrée d'un bureau de vote près de Bagdad, un attentat - suicide a tué deux femmes qui s'apprêtaient à donner leur voix, et en début d'après-midi, on signalait déjà plusieurs autres incidents violents à travers le pays qui ont fait au moins une douzaine de morts et une trentaine de blessés.

Le parti de Maliki donné favori

La “coalition de l'Etat de droit” du chiite Nouri al Maliki fait figure de favori, et les Chiites sont majoritaires dans le pays. Le chef du gouvernement et son parti tirent profit de la guerre qu'il mène contre les extrémistes Sunnites , notamment dans la province d'Anbar contre l'Etat islamique en Irak et au Levant, groupe djihadiste sunnite issu d'Al Qaïda.

Irak Wahlen April 2014

Des policers en charge de la sécurité devant un bureau de vote à Bagdad

Mais la politique menée par Maliki au cours de son second mandat est très critiquée alors que les violences se multiplient, que le chômage augmente et que la corruption paralyse l'économie comme les services publics. En outre, d'autres partis chiites défient la Coalition de l'Etat de droit dans ses bastions du centre et sud. L'opposition est elle aussi divisée et sur leurs affiches électorales, la plupart des candidats font plutôt ressortir leur appartenance ethnique et confessionnelle que leur programme politique.

Selon les sondages, aucun parti ne semble vraiment en mesure cette fois de remporter la majorité au Parlement. Les négociations en vue de former un gouvernement pourraient donc s'avérer compliquées.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !